AfriBusiness Awards : Fatou Mata Coulibaly veut actionner l’esprit entreprenariat des jeunes africains

Pour mettre fin à l’immigration clandestine et résorber le problème de chômage au Burkina Faso et dans la sous-région, un concours d’entrepreneuriat dénommé AfriBusiness Awards sera désormais lancé chaque année à l’endroit des jeunes entrepreneurs. Ce concours vise à faire la promotion de ces jeunes entrepreneurs ainsi que leurs produits au plan national et international. L’initiative est de Fatou Coulibaly, promotrice du concours qui a un aspect international. La cérémonie de remise de prix est prévue pour le 31 décembre à Ouagadougou. 

MN : Qu’est-ce qui vous a motivé à initier ce concours d’entrepreneuriat ?

FK : C’est le manque de visibilité des jeunes entrepreneurs africains. Ils lancent leurs entreprises, ils montrent leurs produits, ils ont des compétences mais ils ont des difficultés à toucher un maximum de cibles et de pouvoir écouler leurs marchandises. On a essayé de trouver des solutions pour proposer à ces jeunes afin qu’ils puissent faire connaitre leurs produits d’une part et d’autres part pouvoir les écouler. Avec ce concours nous comptons amener les jeunes à se créer des emplois et également réduire le taux de chômage au Burkina.

MN : Qui peut prendre part à ce concours ?

FK : Pour être candidat, Il faut juste être un entrepreneur, qui arrive à faire un minimum de chiffre d’affaire, être détenteur d’un certain nombres d’emplois et préciser la période que vous avez débuté.

MN : Combien de candidat(es) prennent part à cette première édition ?

FK : Cette année on a eu une centaine d’inscrits, et on a retenu 24 candidats. Les 24 sont logés dans 3 catégories à savoir la catégorie ES : entrepreneurs à succès qui regroupe les entrepreneurs qui sont en mesures de créer plusieurs types d’emplois avec un chiffre d’affaire très élevé (5 à 20 emplois environ). La deuxième catégorie est FEE : femmes entreprenantes engagées où on fait la promotion de l’entrepreneuriat féminin, femmes économiquement engagées. Dans cette catégorie, on a des femmes qui ont lancé leurs entreprises, elles sont soit auto entrepreneure ou travaillent en équipe. La troisième catégorie est JEM qui regroupe des jeunes entrepreneurs motivés qui sont aussi autoentrepreneurs ou travaillent également en équipe et qui ont besoin d’un coup de pouce.

MN : Avez-vous rencontré des difficultés dans l’organisation ?

FK : Oui les difficultés n’en manquent pas. Toute initiative a ses difficultés. La première est le manque de sérieux de certains entrepreneurs. Ils disent qu’ils ont besoin de visibilité alors que leurs propres images, ils en prennent pas soins. Les 24 retenus avaient le minimum d’engagements en tant qu’entrepreneurs. Ils nous ont envoyé de belles images, de beaux logos de leurs entreprises et quand on a visité leurs pages, on a senti réellement l’intérêt qu’ils accordaient à l’entrepreneuriat. A cela s’ajoute le manque d’accompagnement. Il y a quelques partenaires qui souhaitent nous accompagner sinon on y va avec nos propres fonds.

MN : Quelles sont vos attentes ?

FK : Nous souhaitons recevoir les Afrique business Awards au cours de la soirée de distinction prévue pour le 31 décembre. Joindre l’utile à l’agréable. Durant cette soirée, on va profiter promouvoir, valoriser, motiver, féliciter les jeunes entrepreneurs africains. Ils viennent de plusieurs pays notamment du Sénégal, Togo, Benin, Mali, la Cote d’Ivoire, la Guinée Conakry et du Burkina Faso.

MN : Qui sont vos partenaires ?

FK : On a des partenaires de base avec Afrique Businesse Tv, EDE, PROFEGEC, PNUD, l’Université Suisse et bien d’autres qui sont prêts à accompagner l’entrepreneuriat.

MN : Quels sont les perspectives ?

FK : Pour cette première édition d’Afrique business Awards, un atelier sera organisé pour renforcer les capacités des candidats et d’autres entrepreneurs non candidats ce 14 décembre. Nous espérons qu’au sortie de cet atelier, ces entrepreneurs saurons mieux présenter leurs entreprises avec assurance et accroitre également leurs chiffres d’affaires. Après la cérémonie de remise des lots, toute l’année de 2020, nous ferons une vague de promotions de ces candidats, une promotion continue.

MN : Quel est votre message à l’endroit des qui hésitent toujours à entreprendre ?

FK : On a tout pour réussir en Afrique. Notre vision c’est de mettre fin à l’immigration clandestine. Pourquoi sacrifier sa vie pour aller dans un mode incertain alors qu’on a tout en Afrique. Il faut que les jeunes ouvrent les yeux, qu’ils posent des questions, qu’ils acceptent de se former. Qu’ils prennent des initiatives.

Fatou Mata Coulibaly est la promotrice de AfribusinessTV engagée dans la promotion et la valorisation de l’entreprenariat en Afrique.  Elle est lauréate du prix Africa 35 35 2019.

Cheick Abass KOALA/Stagiaire

Laisser un commentaire