Attaques terroristes au Burkina : Le CDP se défend

Le Congrès pour la démocratie et le congrès (CDP), ancien parti au pouvoir, a nié ce 19 septembre 2018 être impliqué dans les attaques terroristes subies ces derniers mois par le Burkina Faso.

Le CDP, lors d’une conférence de presse ce 19 septembre 2018, s’est défendu d’être mêlé aux attaques terroristes perpétrées contre le Burkina, et plus récemment dans la région de l’Est.

«Ceux qui nous gouvernent font eux-mêmes la preuve de leur incapacité à diriger ce pays au point qu’ils voient partout à la moindre occasion et à la moindre manifestation, le spectre de la déstabilisation allant jusqu’à faire des accusations tout azimut, gratuites et non fondées sur le CDP », a déclaré le Premier vice-président du parti, Achille Tapsoba, lors d’une conférence de presse ce mercredi, selon ses propos rapportés par Burkina24.

Lors d’un point de presse le 14 septembre 2018, le ministre de la sécurité Clément Sawadogo a assuré que les attaques contre le Burkina entrent dans une tentative de déstabilisation du Burkina Faso. Il a cité notamment  comme preuves la présence suspecte de certains combattants dont beaucoup étaient de l’ex-RSP et des  déclarations de certains leaders politiques notamment de l’ex-régime.

«Tout Burkinabè honnête et sérieux ne peut pas faire le terrorisme et faire l’objet de simples accusations lors de conférences de presse ou de conférences publiques », assure Achille Tapsoba, toujours selon ses propos rapportés par Burkina24. 

Assurant que le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), a montré son incapacité à gouverner le Burkina, les responsables du CDP ont invité leurs militants à participer à la manifestation prévue par l’opposition le 29 septembre 2018 pour dénoncer la gouvernance du Président Roch Kaboré.

Mousso News


Photo : Aouaga.com 

Laisser un commentaire