Balais citoyen : « Réconciliation nationale, un faux débat »

Le balai citoyen s’est prononcé ce mardi 16 février sur des sujets d’intérêt national. Au nombre desquels on note : la crise sécuritaire et sanitaire, le système de double facturation de l’ONEA et la réconciliation nationale. Le mouvement voit en ce dernier point, une manœuvre pour faire « l’impasse sur la justice »

 

Le balai citoyen, mouvement de la société civile, a donné sa vision sur certains maux qui minent la société burkinabè. Au point de mire, la réconciliation nationale. Sur cette question de réconciliation, le balai citoyen ne manche pas ses mots : « Qui veut-on réconcilier avec qui ? Pourquoi ? ». Il voit en cette idée de réconciliation une impunité de ceux qui ont commis des crimes économiques et de sang. Le mouvement appelle le peuple burkinabè à ne pas se laisser « berner ». Afin de jouer son rôle d’éveil de conscience citoyenne, il compte organiser les jours à venir un forum contre l’impunité ; des conférences publiques pour dénoncer les acteurs de l’impunité. Le balai citoyen prévoit aussi tenir des réunions populaires dans les villes et les villages les jours à venir.

Un autre point de l’actualité égrainé, la situation sanitaire. Le mouvement de Smokey rappelle le gouvernement sur la nécessité d’un financement adéquat dans les recherches pour le développement d’un vaccin pour prévenir le COVID-19 et le paludisme. « Nous invitons la population à ne pas négliger, ni banaliser la maladie (Ndlr. Coronavirus) et à respecter de façon stricte les gestes barrières » a exhorté le porte-parole du balais citoyen, Eric Ismaël Kinda. Pour le balai citoyen, la fermeture des frontières entraine non seulement les voyages clandestins et freine les activités économiques. C’est pourquoi, le balai citoyen demande aux Etats de la CEDEAO, de rouvrir leurs frontières tout en mettant en place des dispositifs de contrôles sanitaires comme pour les frontières aériennes.

Outre ces questions, le balai citoyen regrette le nouveau système de double facturation de l’ONEA. Pour lui, la réforme est défaillante. Il comporterait plus de problèmes que de solutions soutient Eric Ismaël Kinda. « Depuis sa mise en application, nombreux sont les clients qui ont vu le coût de leur consommation croître de façon exponentielle » a-t-il expliqué. Le balai citoyen demande la suspension du nouveau système et propose de mettre en place des mesures de traitements de plaintes, de correction et de remboursement du trop perçus. Pour une amélioration du service et une satisfaction des clients, un audit technique et d’impact du nouveau mécanisme doivent être engagés.

 

Laisser un commentaire