Bintou Ruth Diallo : le phare qui guide de jeunes burkinabè

Vivre pour les jeunes. Les aider à tirer le meilleur d’eux-mêmes. Ainsi pourrait se résumer la vie de Bintou Ruth Diallo épouse Tall.  Cette dame, aux cheveux grisonnants, est considérée comme une chance pour de nombreux jeunes qui bénéficient de son accompagnement. Entre coaching en leadership, formation de toute sorte, participation aux initiatives de jeunes, elle contribue à façonner l’avenir, aiguiser des fers de lance que sont les jeunes.

Les 1er et 3e samedis du mois sont sans repos pour Bintou Ruth Diallo. Sa journée commence tôt pour ne finir que tard dans la soirée. Partagée, qu’elle est entre les entretiens individuels dans la matinée et au renforcement de capacités de plus d’une trentaine de jeunes filles dans la soirée.

Bintou Ruth Diallo : le phare qui guide de jeunes burkinabè 2
Les 1er et 3e samedi du mois sont consacrées aux formations de jeunes filles

Stimuler, soutenir, orienter, ce sont les missions de dame Diallo, affectueusement appelée ‘’ la grande sœur ’’ ou ‘’ la maman nationale’’ par de jeunes burkinabè. Certains témoignent avec enthousiasme comment leur vie a changé au contact de « la maman ».

Juliana, la trentaine, est toute émue quand elle parle de Bintou. « Elle a été une bénédiction pour moi », témoigne-t-elle. Le regard lointain, elle marque un long silence, soupire, avant de poursuivre. « Vous savez, les anges existent réellement et ce sont nous, les humains mêmes. Et, Bintou est un ange que Dieu a sans doute envoyé sur terre en forme humaine. Elle a été d’un grand soutien pour moi à une étape cruciale de ma vie » relate Juliana, reconnaissante.

En 2018, la jeune fille est au creux de la vague. Elle traverse l’un des pires moments de sa vie. Laisser son avenir sombrer ou prendre sa vie en main. Mais sur quelle épaule s’appuyer ? Comme un miracle, elle fait la connaissance de la ‘’grande sœur’’ lors d’une rencontre. La connexion est vite faite comme si elle se connaissait depuis des années. Juliana se lâche, parle de sa vie, à chaude larme. Les deux femmes s’enlacent. « Tout ira bien. Pleure, pleure, pleure, autant que tu peux, mais tu dois te relever et tu peux le faire », lui rassure Bintou.

Les années se sont écoulées, Juliana est une nouvelle personne. Debout, elle affronte la vie avec hargne, surmonte ses peurs, et va de l’avant. « Je suis aujourd’hui une autre personne. J’ai pris confiance en moi et je travaille toujours à sortir le meilleur en moi avec rigueur », dit-elle fièrement.

« Le deuil de ma mère, c’est elle »

Un jour de septembre 2020. Les souvenirs douloureux de la perte d’une maman. Ces bons moments entre fils et mère. Ces moments de maladies puis de guérisons ; l’espoir. Puis, sans prévenir, une mère s’en aille, dans le ciel, laissant un fils qui n’avait que pour repère : cette mère. « J’avais très mal ce jour » explique Cyrille Bado, la gorge nouée. En ces moments de questionnements, de douleurs, son téléphone sonne. C’est Bintou qui appelle. « Tu vas bien Cyrille ? » lance-t-elle, sur un ton doux et protecteur.  Le ‘’Oui’’ du jeune homme est lourd et non rassurant. Elle insiste. « Cyrille, tu vas bien ? Parce que je sens que quelque chose ne va pas ». L’approche et le ton de l’interlocutrice font fondre Cyrille en sanglots.   « Comme si ma défunte mère est passée par elle. Onze (11) années après son décès, cet appel téléphonique de Bintou m’a aidé à faire le deuil », témoigne Cyrille Bado qui l’appelle affectueusement la ‘’grande sœur’’ au ‘’3 cœurs’’ : un cœur dans la bouche : car elle distille de l’amour par des conseils bienveillants emprunts de sagesse, un cœur dans les mains qui donnent et se donnent à l’autre sans calcul mais avec empathie, et le 3e dans sa poitrine de mère qui aime sans condition.

Une minute, deux minutes suffisent parfois pour apprendre une mine de choses avec Bintou Diallo. « Tu ne peux pas aller chez Bintou sans apprendre quelque chose de nouveau. Bintou est une personne vraie qui est à l’écoute des jeunes » dit-il.

Bintou Ruth Diallo : le phare qui guide de jeunes burkinabè 3
                 Bintou Diallo et Cyrille Bado

 

Des vérités empreintes d’affection et d’altruisme

« Nous abusons souvent de la disponibilité et de la gentillesse de Bintou. Il faut le reconnaitre et c’est souvent dommage » concède Juliana. Cyrille Bado le confirme. En 2018 par exemple, Bintou était sollicitée pour un panel à l’occasion du Forum africain des femmes leaders (Fafel). « Jusqu’à 24h de l’évènement, elle n’avait pas encore reçu les termes de référence (tdr) mais elle est venue au panel, non sans dire ses vérités. Elle dit les choses telles qu’elles sont, mais toujours empreintes d’affection, d’altruisme. Elle dit les vérités qui font mal mais qui sont réelles et qui aident à améliorer » poursuit Cyrille qui a rencontré Bintou pour la première fois en 2017, lors d’un forum.  « Parmi le parterre de personnalités, elle était la plus lumineuse par sa façon d’échanger avec les jeunes », se rappelle-t-il.

Un partenaire pour l’atteinte des objectifs 

Fayçal Traoré et Bintou Diallo, c’est une relation profonde qui se fonde sur des valeurs communes : le don de soi, l’engagement à promouvoir les jeunes et les femmes. Des valeurs qui  ont permis au jeune Fayçal  d’avoir de liens forts avec la ‘’grande sœur ’’. Fayçal Traoré se dit chanceux d’avoir bénéficié de l’accompagnement de Bintou Ruth Diallo.  «  J’ai été un jeune qu’elle a su comprendre et accompagner. J’ai bénéficié de son conseil, son appui, son orientation. Et quand je parle d’appui : c’est non seulement sur le plan moral, matériel et financier », dit-t-il.

Bintou est aussi un partenaire pour Fayçal sur un certain nombre de projets comme – Wolaf- et – YouthConnect-. « Bintou a été une actrice dans l’accomplissement de YouthConnect et Wolaf», explique le jeune Traoré qui reconnait le sacrifice de Bintou  pour le plein épanouissement  des jeunes.

‘’Patiente et sincère’’

Reine Stevie Yaméogo a un regret. Celui de n’avoir pas pu terminer le programme – Kandace –. Kandace  est un programme de formation de jeune fille en leadership et renforcement de capacité.  Mais elle reste fière d’avoir en elle- la marque Bintou Diallo-.

Jeune leader sur les questions de santé sexuelle et reproductive et les droits de la femme au Burkina, Reine Stevie retient de Bintou- sa rigueur et sa sincérité dans sa pédagogie-. « L’approche de Bintou te permet en tant qu’apprenant de te remettre en question de façon permanente pour donner le meilleur de toi-même humainement et professionnellement », explique-t- elle.

 

 

Bintou Ruth Diallo : le phare qui guide de jeunes burkinabè 4
Bénédicte Miriam Traoré, une bénéficiaire du coahing de Bintou Diallo

 

La ‘’maman nationale’’ pour Yaya Konaté

Le sourire ne quitte jamais Yaya Konaté, jeune citoyen engagé, membre du – Mouvement de réflexions sur les opportunités de développement du Burkina Faso – (MROD-BF) et du gouvernement jeunesse burkinabè. Et quand il doit parler de Bintou, Yaya est tout passionné. Celle qu’il appelle ‘’ la maman nationale’’ est une source d’inspiration pour lui. « A chaque fois que j’ai l’occasion de suivre ses conférences, je ne m’en prive pas, et chaque fois que je l’écoute, c’est une nouvelle chose que j’apprends qui m’inspire pour aiguiser encore mon engagement » témoigne le jeune homme avec enthousiasme.

Bintou Ruth Diallo : le phare qui guide de jeunes burkinabè 5
       “la maman nationale” Bintou Diallo et Yaya Konaté

Un engagement indéfectible pour l’’autonomisation des jeunes

Un mentor, un modèle à suivre tant elle arrive à concilier sa vie de famille, sa vie professionnelle et son engagement indéfectible pour les jeunes. « Elle n’hésite pas à venir en aide à ceux qui en ont besoin », reconnait Epiphanie Diallo. La jeune fille a rencontré Bintou Diallo lors des Wolaf en 2017. En effet, raconte-t-elle : « En 2017 lors de la troisième édition du WoLAf Forum à Ouagadougou j’étais en charge de l’orientation et du protocole. Avec une l’équipe, nous avons travaillé des jours sans repos et j’étais vraiment à bout de souffle car en plus du gros stress que j’avais de bien assurer, j’étais très fatiguée. Étant invitée et Mentor Spécial du WoLAf, elle est venue au secrétariat pour nous encourager et m’a donné un gros câlin qui m’a fait fondre en larme. Après ce geste je me suis sentie revivre et motivée à fond », confie Epiphanie qui fait face aux difficultés de la vie grâce aux précieux conseils de Bintou Diallo.

‘’Elle me permet de garder l’équilibre’’

Malika Ouattara alias Malika la Slameuse doit son équilibre à Bintou Diallo. D’abord son ‘’boss’’, puis sa tata, aujourd’hui c’est un mentor qui l’aide à connaitre ses limites et les dépasser.

C’était en 2009.  Malika faisait la connaissance de Bintou après une prestation. « Elle a vu en moi un potentiel que je ne pouvais imaginer. Après donc ma prestation, elle m’a recruté pour un programme de jeunes. J’avais à peine 16 ans. On devait aller au Kenya mais je n’avais pas de passeport. Elle m’a dit : débrouille-toi pour avoir le passeport. Voilà une dame qui ne tourne pas. Elle te montre juste le chemin. J’ai fait le passeport et le jour du voyage, mes parents m’ont accompagné à l’aéroport. Au téléphone, Bintou m’a dit de remplir les formalités et qu’elle arrivait. Quelques minutes après, je reçois son appel me disant qu’elle est grippée et qu’elle ne pourra pas faire le voyage », raconte Malika.

Bintou Ruth Diallo : le phare qui guide de jeunes burkinabè 6
              Bintou Diallo, le ” tout ” de l’artiste slameuse Malika Ouattara

La jeune artiste se trouve donc seule, face à son destin. Malgré tout, elle prend son vol, toute seule, pour participer à une conférence uniquement en anglais. « J’ai tout fait pour que la conférence se passe bien. Pour la petite fille de 16 ans qui représentait tout le Burkina, il fallait apprendre l’anglais sur le tas et je l’ai appris. Je me suis débrouillée toute seule et tout s’est bien passé. Quand je suis revenue au Burkina, Bintou m’a dit : je suis fière de toi », témoigne l’artiste slameuse burkinabè.

Aujourd’hui Malika la slameuse n’a plus peur parce qu’elle est passée dans le moule de Bintou. « Que ce soit dans la vie professionnelle, ma carrière d’artiste, ma vie privée, je lui raconte tout. Quand je l’appelle lorsque je suis en difficulté, elle me donne juste un petit bout de solution et le reste, je dois la chercher moi-même. Elle m’amène à me surpasser », confie Malika la slameuse qui estime que Bintou Diallo est très importante dans sa vie. « Si je tiens, c’est véritablement grâce à elle, elle me montre le chemin et m’apporte beaucoup pour mon équilibre personnel », témoigne-t-elle.

Sans ambages, Malika le dit avec une certaine satisfaction et reconnaissance, « elle est  mon tout ».  

Pour plusieurs jeunes burkinabè, Bintou Diallo est une école de leadership, de développement personnel pour la jeunesse Burkinabè. De façon unanime, des jeunes qui ont bénéficié de son accompagnement, reconnaissent qu’elle a laissé des marques indélébiles dans leurs vies. « Barka, anitché, fofo notre maman nationale pour ce combat que vous menez aux côtés la jeunesse. Toujours présente pour nous, malgré votre emploi du temps chargé. On ne saura vous payer tous vos honoraires. Mais comme vous avez l’habitude de le dire, votre plus grande fierté serait de voir que ce combat que vous menez pour cette jeunesse porte des fruits», résume Yaya Konaté, la main sur le cœur.

Bintou Ruth Diallo, épouse Tall est chargée des partenariats et financements du développement dans le bureau de la Coordonnatrice Résidente du Système des Nations-Unies, et coassociée de Tall Média.

Par Bassératou KINDO

Loading

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *