Burkina : Entreprendre et être femme

Au Burkina Faso en particulier, l’accroissement de l’entreprenariat féminin est remarquable. Malgré les difficultés socio-économiques.

Parfaitement oubliées, il y a encore quelques années dans la sphère économique, les femmes sont désormais en bonne place dans l’économie nationale.

Transcendant  leur traditionnel rôle de ménagères, elles ont compris la nécessité de trouver des solutions efficaces et durables à leur situation. En association ou individuellement, ces femmes développent de petites structures pour mener des activités rémunératrices, faisant du secteur des PME, leur domaine de prédilection.

C’est le cas de l’Association Relwende Pam Panga, RPP-BF de Ouahigouya. Elle regroupe une vingtaine de femmes en situation de handicap et se focalise sur des activités génératrices de revenus. Elles se battent,  espérant trouver le financement qui dénouera leur situation.

Elles surmontent leur handicap pour entreprendre

« Au début,  quand je faisais le tour des dépôts de déchets, c’était vraiment difficile. Mis à part les risques de maladies, le regard des autres pesaient beaucoup sur moi. Mais je n’ai pas abandonné pour autant »,  confesse Sawadogo Fatimata, vendeuse d’objets recyclables. Aujourd’hui,  elle arrive à payer la scolarité de ses deux enfants et à subvenir à ses besoins quotidiens.

De petit à grand

Aujourd’hui dans tous les secteurs économiques, on trouve des femmes chefs d’entreprises et leaders avec une volonté de changer les choses. Selon Media Terre,  en 2012 les femmes étaient propriétaire de près de 4 527 entreprises dans des domaines comme le BTP, le commerce, la transformation, la restauration, la santé et l’éducation.

Ouédraogo Samira Maimouna est chef d’entreprise. Elle a eu la chance de faire des études jusqu’au niveau universitaire. Cependant, après l’obtention de son diplôme, elle a dû faire face à un  des grands freins de l’employabilité au Burkina Faso: le manque d’expérience. Elle a donc décidé d’entreprendre dans le domaine du management et de la technologie.

Depuis deux ans maintenant, elle est à la tête de sa propre structure, ManagTech Consulting.        

L’entrepreneuriat est un monde difficile, particulièrement pour les femmes. Une femme doit trouver les bons créneaux afin de conjuguer efficacement ses responsabilités dans la gestion de sa structure ainsi que ses obligations familiales et sociales. Samira Maimouna Ouédraogo explique que très souvent « les prises de décisions devant le personnel plus âgés et les échanges sur certains marchés sont de grands défis pour les femmes, surtout pour nous jeunes ».

Entreprendre et être une femme est donc  un combat quotidien que mènent des milliers de femmes au Burkina Faso.

Laisser un commentaire