Burkina : Les acteurs du sous-secteur des mines outillés

Des acteurs du sous-secteur des mines veulent relancer l’économie des mines tout en luttant contre l’insécurité au Burkina. Réunis à Ouagadougou du 1er au 2 décembre 2019, ils réfléchissent sur les actions concrètes pour mener à bien le combat. L’initiative est de l’Union  nationale des associations des artisans miniers du Burkina Faso(UNAAMB), en partenariat avec la Société coopérative et le Conseil d’administration des exploitants artisanaux des mines du Burkina (COEXAMINE Burkina).


La rencontre des acteurs du sous-secteur des mine a eu lieu autour du thème : ‘’ ‘’Artisanat minier : contribution à la relance de l’économie et à la lutte contre l’insécurité’’ / du 1er au 2 décembre. Pendant 48heures ces acteurs ont appris  sur la réglementation du code minier, les décrets d’application au Burkina. Outillés ces derniers devraient désormais, selon les initiateurs mieux collaborer avec l’administration et l’ensemble des structures évoluant dans le domaine pour une meilleure retombées des exploitations minières.

‘’ Cette  formation à l’endroit des artisans miniers vient à point nommé et devrait se pérenniser’’  a indiqué le directeur de cabinet du premier ministère e représentant du ministre de l’Economie et des finances. Il leur a ainsi invité à être le relai auprès de tous ceux qui n’ont pas pu effectuer le déplacement à Ouagadougou. Le directeur du cabinet a aussi exhorté les participants à travailler en étroite collaboration avec le ministère en charge des mines et l’administration fiscale ainsi qu’avec les forces de défense et de sécurité.


Trois recommandations ont été formulées à l’issue de ces échanges. Il s’agit notamment la relecture du code minier, la contribution au développement de l’économie nationale et les mesures sécuritaires sur des sites miniers et d’exploitations artisanales. ‘’ Nous attendons des actions participatives des acteurs miniers à l’endroit des FDS, notamment en leur fournissant les informations en temps réels enfin qu’elles soient canalisées et interprétées par les services de sécurité’’ propose Aboubacar Sawadogo, président du comité d’organisation de la rencontre.
Il a également souhaité l’instauration d’un cadre de dialogue et de sensibilisations au profit des  acteurs miniers afin qu’ils apportent autant que possible leurs contribution à la lutte contre l’insécurité au Burkina.


Cheick Abass KOALA/ Stagiaire

Laisser un commentaire