Consensus social : le mouvement Citoyen du Renouveau appel à un dialogue

Le Mouvement Citoyen du Renouveau a tenu le mercredi 05 août 2020, un panel dénommé ‘’Labo citoyen sur le dialogue social’’ sur le thème « Vaincre l’infécondité social par l’intelligence collective’’.  Pour les organisateurs, ce panel animé par 8 panelistes devrait permettre de réfléchir ensemble sur une porte de sorties des tensions que  traverse actuellement notre pays. 

Ce 5 aout 2020, jour mémorable marquant la 60e anniversaire de l’accession à l’indépendance du Burkina, plusieurs panelistes ont à tour de rôle ont développé des thématiques autour  de la paix, du dialogue et du consensus social.  Selon le Professeur Jean Marc PALM intervenant sur le thème « Etat des lieux du dialogue social au Burkina Faso et l’élément de prospectives et d’enseignement du fonctionnement et de la qualité du dialogue dans la sous-région ouest africaine », le manque de consensus social est dû au manque de confiance qui existe entre les gouvernants et les gouvernés, l’administration et les structures syndicales. ‘’Il faut mettre en place un moyen qui permet de faire tomber la méfiance, que les différents acteurs  s’assaillent, discutent et trouvent ensemble des solutions, des compromis. ‘’ a-t-il affirmé.

Harouna KABORE, ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, présenté comme président du mouvement Citoyen du Renouveau, et initiateur du panel, il indique c’est   une activité « exceptionnelle » car  tous les acteurs qui interviennent dans le dialogue social ont accepté se réunir autour de la table pour réaliser ce panel qui va contribuer à faire revenir le dialogue social.

Le panel a connu la participation de personnalités publiques, de représentants d’organisations de la société civile et d’anciennes autorités politiques.  Il s’agit entre autres du professeur Jean Marc PALM, (président du Haut conseil pour le Dialogue social), de Harouna Kaboré (ministre du commerce de l’industrie et de l’artisanat), du Docteur Vincent Zakane (ancien ministre de la fonction publique, du travail et de la sécurité sociale), de Rasmané KIETEGA (secrétaire général du Bureau National de la CGTB), de Augustin Bambara ( Membre du comité statutaire du conseil  National du Patronat Burkinabè), du Professeur Séni OUEDRAOGO (Ministre de la fonction Publique, du Travail et de la sécurité sociale), de Harouna TOGUEYINI (vice président du conseil national du Patronat Burkinabè chargé du dialogue social) et de Tôlé SAGNON ( ancien secrétaire général de la CGTB).

RABO Cheik Abdoul Kader/Stagiaire

Laisser un commentaire