Construction d’un écosystème éducatif à Bobo : la gente féminine au cœur du projet

L’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Bobo-Dioulasso et l’ambassade de France au Burkina Faso ont signé une convention portant sur la « construction d’un écosystème éducatif innovant au Burkina Faso dans la région des Hauts Bassins », ce vendredi 11 juin 2020. Dans les différents volets du projet, la gente féminine sera prise en compte. L’objectif principal de ce projet est de mettre à niveau l’éducation burkinabé quant aux nouvelles dimensions des innovations pédagogiques.

 

Selon un constat des initiateurs du projet, très peu de  femmes sont actuellement formatrices de formateurs au Burkina Faso : sur 16 formateurs permanents de français aux ENEP de Tenkodogo et Dédougou, un seul est une femme. La mise en œuvre de ce projet permettra une prise en compte de la gente féminine. En effet, 40% au moins des places pour la formation des pools d’enseignements des centres de langues de Bobo-Dioulasso/Ouagadougou seront réservées aux candidatures féminines et

50% au moins de l’équipe technique sera composée de femmes.

La signature de cette convention s’inscrit dans une continuité. En 2018 et 2019, l’ambassade de France a mené un projet dénommé « Environnement francophone au Burkina Faso » en collaboration avec le Ministère de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN) à Ouagadougou et avec plusieurs écoles nationales des enseignants du primaire (ENEP) : Tenkodogo et Dédougou. Prévu pour être exécuté de 2020 à 2021, ce projet donnera de dimensions nouvelles liées aux innovations pédagogiques et en les étendant à la région des Hauts Bassins.

Il consistera à soutenir l’ENEP de Bobo Dioulasso dans un premier temps à travers la mise en place d’outils et de connexion informatiques pour pouvoir enseigner  davantage avec un support numérique et faciliter l’enseignement à distance, a soutenu l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade. « Il consistera à la mise en place des centres de langue de référence aussi bien à la direction de l’enseignement poste primaire et secondaire qu’à l’institut français de sorte à développer la capacité d’accueil en certification de langue. Il consistera à aider les élèves formés dans des écoles franco-arabes à rehausser leur niveau en  français. Ce projet sera financé en hauteur de 102.000 euros dont un montant de 67.000.000 FCFA » a ajouté l’ambassadeur de France.

Le projet s’articule autour de  trois principales composantes : le déploiement d’un enseignement de qualité certifié dans les ENEP, le soutien de l’apprentissage de français des jeunes adultes diplômés dans un cursus franco-arabe et le développement d’une offre numérique de formation continue pour les enseignants de la région des Hauts Bassins.

 A en croire le directeur général de l’ENEP de Bobo Dioulasso, Roger Kaboré, la mise en place de ce projet va permettre d’opérer de grands changements au sein de l’ENEP  et permettra aux corps enseignants d’être beaucoup plus compétents.

Diro Benoit Wilfried TOE

Laisser un commentaire