Coopération Franco-Burkinabè : éducation, emploi et cohésion sociale au programme en 2020

La France a renouvelé son partenariat avec le Burkina après un bilan jugé satisfaisant le mardi 28 janvier 2020 à Ouagadougou. Ces deux pays restent et resteront ensemble selon l’ambassadeur Luc Hallade.

‘’ Il est important et nécessaire de mieux expliquer et de présenter les relations que la France et le Burkina Faso entretiennent au quotidien dans de nombreux domaines comme la sécurité, l’emploi des jeunes, l’éducation, la santé et bien d’autres’’ a d’entrée commenté Luc Hallade, ambassadeur de la France au Burkina. La France à travers l’Agence France Développement (AFD) accompagne financièrement le Burkina dans ces dits-domaines à hauteur de plusieurs milliards de FCFA. Dans le domaine de l’énergie par exemple, explique l’ambassadeur, l’AFD a investi plus de 160 milliards de FCFA. « Au cours de deux décennies, l’AFD s’est illustrée par une action continue dans le financement des projets majeurs dans le secteur électrique au Burkina Faso », confirme Daniel Sérmé, Secrétaire général de la SONABEL.

Cette présence de l’AFD, ajoute le secrétaire général, est caractérisée par des projets d’envergures tels que les interconnexions 225kv Ferkessédougou/ Bobo Dioulasso en 2001, Bobo Dioulasso/Ouagadougou en 2010, Bolgatanga/Ouagadougou en 2018, avec les postes de transformations associés. Bientôt la Dorsale Nord 330kv Nigéria/Niger/Bénin/Burkina Faso, longue de 845 km.

Dans le domaine de l’éducation, l’AFD a été l’un des premiers bailleurs à assurer le rôle de chef de file des partenaires techniques et financiers de l’éducation de base.

Elle a également assuré le rôle d’agent partenaire, superviseur des fonds du Partenariat mondial pour l’éducation, d’abord de 2014 à 2016, puis de 2018 jusqu’à 2023.

Dans le domaine de l’eau et l’assainissement, plus de 138 milliards de FCFA ont été octroyé en vue de permettre au Burkina Faso d’atteindre son objectif d’accès universel à l’horizon 2030.

Selon Tanguy Denieul, Directeur de l’AFD, la stratégie de son institution a connu des évolutions majeures en 2019. Elle a été notamment définie conjointement par le gouvernement du Faso. M. Tanguy souhaite toutefois orienter davantage de financement dans la zone d’exécution programme d’urgence Sahel (PUS) tout en maintenant un effort sur les leviers de la croissance et la délivrance des services essentiels à la population sur l’ensemble du territoire.

Il a par ailleurs affirmé que 2020 sera l’illustration de cette stratégie rénovée. Une stratégie qui permettra le déploiement de programmes pour l’emploi, l’éducation et la cohésion sociale au nord du Burkina. Elle verra également le lancement de travaux structurants par l’Etat burkinabè et ses entreprises publiques sur financement de l’AFD.

Cheick Abass KOALA/Stagiaire

Laisser un commentaire