Covid-19 : 7 millions de grossesses en vue d’ici la fin de la crise

Avec la pandémie du COVID-19, plusieurs femmes n’ont plus accès au service de planification familiale. Elles sont alors confrontées à des grossesses non désirées. Il est prévu 7 millions de grossesses non désirées dans les mois, avec une augmentation des chiffres par millions dans les mois à venir.

Ces différents chiffres sont donnés par l’étude faite de l’UNFPA. Elle montre que plus de 47 millions de femmes risquent de ne plus avoir accès à la contraception. Les différentes mesures contre le COVID-19 ont des répercussions sur les femmes. Les systèmes de santé deviennent surchargés et les établissements ferment ou n’offrent aux femmes que des services restreints. Pour éviter des risques, certaines femmes évitent de se rendre dans les centres de santé pour les examens. Une pénurie des méthodes contraceptives pourrait se faire sentir à cause des perturbations des chaînes d’approvisionnement au niveau mondial. La directrice exécutive de l’UNFPA, Dr Natalia Kanem, affirme que ces données montrent les répercussions désastreuses que la COVID-19 pourrait avoir à court terme sur les femmes dans le monde. « Des millions de femmes et de filles risquent de ne plus pouvoir effectuer de planning familial et ainsi de protéger leur corps et leur santé » révèle la directrice exécutive de l’UNFPA. Selon elle, la santé et les droits des femmes en matière de reproduction doivent être protégés à tout prix.

PRÉVISIONS CLÉS

  • Environ 47 millions de femmes seraient dans l’impossibilité d’accéder à des méthodes de contraception modernes dans 114 pays à revenu faible et intermédiaire.
  • Avec le prolongement du confinement pendant 6 mois, on prévoit 7 millions de grossesses non désirées.
  • 2 millions de femmes supplémentaires pourraient ne pas avoir accès aux méthodes de contraception modernes à chaque période de confinement qui se prolonge de 3 mois.

Diro Benoit Wilfried TOE

Source : UNFPA

Laisser un commentaire