Covid-19 au Burkina : des projets sur la pandémie financés par la France

La France contribue avec 4 milliards de FCFA dans la lutte contre la Covid-19 à travers quatre projets de recherches.  Un appel à projets  dénommé « Flash » a été lancé par l’agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS) pour soutenir urgemment ces recherches sur la COVID-19 dans les pays du sud. L’ambassadeur de France au Burkina était devant la presse bobolaise ce samedi 11 juillet.

Le 1èr projet « EMuL-COVID-19 : Etude multidisciplinaire de recherche sur la COVID-19 au Burkina Faso » présenté par Dr Isidore Traoré s’élève à 327.000.000 F CFA.  261 millions de FCFA  de cette somme est attribué au Burkina Faso au profit des communes de Bobo-Dioulasso et de Ouagadougou. Il consistera d’abord à déployer 03 équipes de recherches internationales et multidisciplinaires pour déterminer sur 100 personnes, le nombre de personnes infecté par le virus SARS-CoV2 au Burkina Faso. La suite du projet  sera d’identifier les informations qui permettront de prévoir quel malade peut faire des complications sévères ou peut mourir de la COVID-19 et à enfin comprendre le parcours des malades et leurs vies dans les centres de traitement.

D’un coût de 344.000.000 de F CFA, le 2è projet intitulé « Evolution d’une stratégie de dépistage du SARS-CoV-2 en routine chez le personnel et les femmes accouchant à la maternité du CHU Yalgado OUEDRAOGO, Ouagadougou : acceptabilité, prévalence et devenir du couple mère-enfant à six semaines» présenté par Dr Désiré Lucien Dahourou s’effectuera sur le site du CHU Yalgado OUEDRAOGO de Ouagadougou. Il vise à mettre en œuvre et évaluer une stratégie de routine de dépistage de l’infection du virus chez le personnel soignant et les femmes enceintes avec un suivi du couple mère-enfant jusqu’à 06 semaine.
Présenté par Dr Patrice Toé, le 3è projet a un coût de 132 millions de FCFA dont 117 millions de FCFA au Burkina Faso adressées à la commune de Bobo-Dioulasso. Il s’intéresse principalement aux vécus des acteurs sociaux de la ville de Bobo-Dioulasso en cherchant à documenter et à analyser leurs pratiques quotidiennes et leurs perceptions des mesures barrières dans le contexte de contrôle et de prévention de la pandémie.

Le 4è projet d’un coût de 261.000.000 FCFA dont 131.000.000 de FCFA au Burkina Faso vise les populations de la région du centre sud (Kombissiri, Manga, Pô) plus précisément 825 individus. Il vise à identifier certains facteurs déterminant de l’incidence et de la gravité de la maladie COVID-19 en exposant un échantillon constitué de ménages tirés au hasard dans ces trois villes.

A en croire l’ambassadeur de France, Luc Hallade, au-delà de leur intervention significative dans le système de santé burkinabè, ils ont pensé à la recherche. « Nous comptons beaucoup sur les résultats des recherches pour comprendre ce que le virus implique en terme de comportements sociaux » a-t-il ajouté.

Diro Benoit Wilfried TOE

Laisser un commentaire