Enseignement secondaire : le MESRSI appelle la F- SYNTER à l’ordre

Le ministère en charge de l’enseignement scientifique a réagit à la sortie médiatique de la F-Synter du samedi 30 janvier. Au cours d’une conférence de presse le 1er février,  les responsable du département ministériel ont donné des réponses aux accusations du  syndicat. 

Le Secrétaire Général du MESRSI, Mahamadou Sawadogo a fait entendre qu’en vue d’apporter des solutions structurelles aux multiples crises qui secouent le secteur de l’enseignement, le gouvernement a entrepris des négociations en mai 2016 avec tous les partenaires sociaux dudit ministère. Des rencontres qui ont abouti à la signature d’un protocole d’accord le 15 juin 2016, a-t-il précisé.

Il cite entre autres, la revalorisation des grilles salariales et indemnitaires des enseignants chercheurs et des chercheurs, la revalorisation des fonctions académiques dans les institutions publiques d’enseignement supérieur, le statut des ingénieurs de la recherche (IR) et les enseignants à temps plein (ETP).

Mahamadou Sawadogo souligne que pour garantir un climat apaisé, le MESRSI a toujours entrepris une démarche participative en incluant la communauté universitaire et les partenaires sociaux.

Selon lui, c’est ce contexte que le décret : « N°2019-0435 » portant organisation des emplois des enseignants chercheurs, des enseignants hospitalo- universitaires et des chercheurs et règlementation des fonctions d’enseignants à temps plein et des ingénieurs de recherche a été pris. « Un décret qui définit les attributions, les conditions d’accès ainsi que la classification catégorielle » a-t-il ajouté. Il rappelle donc que ce décret précise que les assistants, les assistants hospitalo-universitaires et les attachés de recherche sont recrutés par voie de concours. « En guise d’assouplissement à cet décret à son article 74, une disposition transitoire a été prévu pour accorder une période de trois ans à compter du 1er janvier 2017 aux fonctionnaires des institutions publiques d’enseignement supérieur en poste avant cette date pour demander à être nommés Assistants ou Attaché de recherche, une fois leur thèse de doctorat obtenu », a-t-il souligné. Ainsi tous les ETP et les IR ayant soutenu leur thèse à la date du 31 décembre 2019, ont été systématiquement nommés Assistant et attaché de recherche ce qui leur permettra de postuler au CAMES 2021. Pour le SG du MESRSI, c’est disposition que dénonce la F-SYNTER, qui demande des arrangements pour ne pas appliquer cette disposition du décret, afin de permettre à 11 agents du CNRST leurs dossiers pour leurs inscriptions sur la liste du CAMES 2021. En outre, un autre point reproché au MESRSI, à savoir l’amélioration de la gouvernance dans les institutions publiques d’enseignement supérieur. Sur ce point le SG du MESRSI, explique que deux testes relatifs ont été pris lors du protocole d’accord de 2016. La fixation du volume horaire statutaire du taux de rémunération des heures supplémentaires et la répartition des services d’enseignement. « Les succès engrangés ces dernières années par le Département ayant à sa tête le Ministre Alkasoum MAIGA sont en partie dus à l’application et au respect de nos textes, élaborés par nous-même. Par conséquent, j’appelle tous les acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique au calme, au respect des règles du jeu démocratique et au respect de leur institution » a-t-il conclu.

Tall ( Stagiaire)

Laisser un commentaire