IUTS : la marche meeting du 7 mars aura bel et bien lieu

La marche suivi de meeting contre l’imposition de l’IUTS sur les primes et indemnités des agents public de l’Etat prévu pour samedi 7 mars est maintenu. ‘’ Rien ne pourra empêcher cette manifestation’’ selon les organisations syndicales du Burkina en réponse à la lettre de la ministre en charge de la femme qui sollicite le report de la marche pour la bonne organisation du 8 mars.

Basolma Bazié et ses camarades sont, on ne peut plus clair avec le gouvernement burkinabè. ‘’L’IUTS sur les primes et les indemnités des agents public de l’Etat doit être supprimé’’ maintiennent-ils. En effet suite à l’imposition des primes et indemnités des agents publics, cela a suscité la colère et l’indignation des travailleurs du privé, du public et du parapublic en fin février 2020. En effet, c’est ce qui justifie l’organisation de la lutte pour la défense du pouvoir d’achat, des libertés et de la bonne gouvernance selon le secrétaire général de la CGT-B, Bassolma Bazié.

Les organisations syndicales prévoient un certain nombre d’activité d’où une marche meeting le samedi 7mars 2020 sur toute l’étendue du territoire national, une grève générale de 120 heures du 16 au 20 mars 2020, une marche meeting le mardi 17mars 2020 sur toute l’étendue du territoire national et de nombreuses autres actions sectorielles.

Selon elles, ces actions visent à exiger du gouvernement tout d’abord l’arrêt des mesures de bases du pouvoir d’achat et amélioration de celui-ci en rapport avec le coût de la vie, l’arrêt des atteintes aux libertés démocratiques et syndicales, ensuite l’arrêt du pillage des ressources nationales, la garantie du droit à la sécurité des populations et enfin le respect et la mise en œuvre des différents engagements pris par le gouvernement vis à vis des syndicats des travailleurs.

Les secrétaires généraux des syndicats, par la voix de leur porte-parole, Bassolma Bazié soutiennent que cette plateforme est juste et appropriée parce qu’au-delà de l’IUTS, le pouvoir du MPP cherche à reléguer au second plan les questions essentielles en lien étroit avec la faillite de sa gestion.

Il a souligné que s’ils en sont arrivés là, c’est parce que le gouvernement, criant au manque de ressources, a choisi de s’attaquer aux travailleurs dont les revenus sont à nu. ‘’Pendant qu’il pressure les pauvre travailleurs, il se montre au contraire complaisant envers les acteurs des secteurs à fort potentiel fiscal tels que le foncier, l’or, les télécommunications, les banques, et ferme les yeux sur de multiples malversations dans la gestion des ressources publiques’’ a-t-il dit.

Fatou chérie Dramé

Laisser un commentaire