Kadida Sidibé, une des femmes manager d’artistes burkinabè qui compte

En moins d’un an d’activité, M Kadidia Sidibé s’illustre déjà parmi les manager les plus appréciés du milieu du showbiz burkinabè. Manager officielle de 2 artistes, elle accompagne 4 autres dans leur carrière.  C’est donc au total 6 artistes dans lesquels cette dame s’investie au quotidien dans leur carrière. Malgré ce nombre qui semble pléthorique, ‘’Kadi Manadja’’ arrive tout de même a obtenir régulièrement des prestations pour ces artistes dans les spectacles et soirées de tout ordre.

C’est depuis le jeune âge que Mlle Sidibé a été piquée par le virus de la culture et du spectacle. Déjà jeune adolescente elle ne ratait pratiquement aucun spectacle d’humour. Cette passion pour les arts vivants va progressivement la faire entrer dans l’univers du showbiz burkinabè jusqu’à ce qu’elle décide d’embrasser une carrière de manager et de promotrice d’événements. «Souvent même il m’arrivait d’économiser mon argent de poche pour pouvoir assister a des spectacles », se souvient-elle.

La manager officielle du grand artiste reageaman TWO-J et du talentueux Zman Fruity est aujourd’hui de plus en plus l’une des manager féminines les plus respectées et sollicitée. « Les gens ne cessent de me recommander et chaque jour de jeunes artistes me contactent pour que je sois leur manager, mais 6 artistes c’est déjà beaucoup ! Il me convient d’atteindre mes objectifs avec eux avant de songer prendre de nouveaux artistes. Le showbiz burkinabè m’a assez bien accueillie et j’en suis ravie », témoigne-t-elle.

Etre une femme Manager dans le milieu du showbiz n’est pas du toujours aisé. Il y’a les pesanteurs socioculturels et les préjugés auxquels il faut savoir faire face. « Souvent on entend dire que les femmes dans le showbiz sont dans ceci ou cela donc on met tout le monde dans le même lot. Certains même vont jusqu’à te diffamer sans te connaitre en réalité. Pour être une femme dans le showbiz il faut savoir ce qu’on veut réellement et rester focalisée », déplore la jeune dame.

Pour ses petites sœurs qui aimeraient un jour se lancer comme elle dans le management d’artistes,  Kadi Manadja  leur conseille de ne pas avoir peur et d’avoir confiance en ce qu’elles font. « Il n’y’a pas de sot métier, n’écoutez surtout pas ceux qui voudraient  vous décourager, restez focalisé et n’abandonnez jamais », conseille-t-elle.

RABO Cheik Abdoul Kader

Laisser un commentaire