Kôro : « le calvaire » d’eau pour des femmes

Une partie du village de Kôrô est perchée au sommet d’une colline. La source d’eau étant inexistante à ce niveau, les femmes sont obligées de se ravitailler en eau dans un forage localisé en bas de la colline. Une corvée pour ces dernières qui n’ont pas autre solution.

Le positionnement d’une partie du village de Kôrô semble être un frein à l’accessibilité de l’eau. Une partie des habitants de ce village vivent au sommet d’une colline. L’accessibilité à l’eau nécessite alors un transport. Les personnes chargées de ce transport sont le plus souvent des femmes. Aucune source d’eau n’existe au niveau de cette partie du village. Par contre, un forage est situé en bas de cette colline. Elle est l’une des sources d’eau proche des habitants. C’est ce qu’explique Gilles Sanou, habitant du village et l’un des guides. « Voici le forage utilisé par les femmes du village de Kôrô. Nous pouvons voir qu’elles font face à des difficultés. Cela n’est pas une chose aisée. Mais une réalité quotidienne » a-t-il dit.

Un groupe de femmes avaient effectivement chargées sur leurs têtes des bassines en aluminium, sous un chaud soleil à la recherche de l’or bleue.

’La corvée d’eau est notre quotidien. Nous avons toujours besoin de l’eau pour les taches ménagères. Nous n’avons pas autres solutions’’ informe une partie elle. Ce positionnement de cette partie du village est un frein au bon déroulement de certaines activités dont le travail des femmes et des constructions.

Selon le guide, en se référant à l’histoire du village, les habitants se sont retranchés au sommet de cette colline pour se protéger de Samory Touré.

Diro Benoit Wilfried TOE

(Stagiaire)

Laisser un commentaire