”Le nombre de décès liés au cancer de la peau est en croissance”, Maïmouna Déné

La présidente de l’Association des femmes albinos du Burkina (AFAB), Maïmouna Déné a souligné que malgré les efforts de sensibilisation, les décès liés au cancer de la peau chez les personnes atteintes d’albinisme continuent d’augmenter. Elle s’est exprimée le vendredi 13 juin 2024 à Ouagadougou à l’occasion du 10e anniversaire de la journée de sensibilisation à l’albinisme.

''Le nombre de décès liés au cancer de la peau est en croissance'', Maïmouna Déné 2
Maïmouna Déné, présidente de AFAB

 « Les personnes atteintes d’albinisme subissent les effets du changement climatique avec un nombre croissant  de décès liés aux cancers de la peau. Elles font face aux préjugés, aux problèmes de scolarisation des jeunes filles, et à la répudiation des mères d’enfants atteints d’albinisme », a déclaré Maïmouna Déné, présidente de l’AFAB.

Selon elle, de nombreux progrès ont été réalisés en 10 ans, mais « ce n’est pas encore l’heure du bilan complet car des défis restent à relever ».

Maïmouna Déné s’exprimait hier, à l’occasion d’une conférence publique placée sous le thème : «10 ans de la journée internationale de sensibilisation à l’albinisme : impact sur les communautés locales et nationales » 

Elle a exhorté les participants à intensifier les plaidoyers et les sensibilisations pour une reconnaissance des personnes atteintes d’albinisme en tant que personnes vulnérables. Elle a également demandé une implication plus importante de ces personnes dans les instances de décision.

Maïmouna Déné a par ailleurs exprimé le besoin de recenser les personnes atteintes d’albinisme pour mieux planifier les actions à leur profit. Elle a aussi insisté sur la nécessité d’une prise en charge préventive et curative gratuite des cancers et autres problèmes cutanés et visuels.

« Il nous faut vraiment un accompagnement. Des gens meurent sans soutient et c’est très difficile sans aide », a-t-elle déclaré.

''Le nombre de décès liés au cancer de la peau est en croissance'', Maïmouna Déné 3
Donald Ouédraogo, représentant de la Ministre en charge de la solidarité

Le représentant de la Ministre en charge de la solidarité, Donald Ouédraogo a souligné que chaque handicap a sa spécificité et donc des difficultés spécifiques.

 « Cette initiative de l’AFAB met en lumière les personnes atteintes d’albinisme et les défis auxquels elles sont confrontées », a-t-il affirmé.

Donal Ouédraogo a rappelé que l’albinisme est une condition génétique rare affectant des milliers de personnes à travers le monde qui sont souvent victimes de discrimination, de stigmatisation et de problèmes de santé spécifiques.

« En ce 13 juin, nous devons nous rappeler que chaque individu, quelle que soit sa condition, mérite de vivre dans un environnement où règnent tolérance et respect », a-t-il déclaré.

D’ailleurs, Donald a poursuivi que cette journée est l’occasion de mettre en lumière les difficultés que rencontrent les personnes atteintes d’albinisme et de célébrer leurs récits et contributions à la société.

« Nous devons intensifier nos efforts pour garantir que les personnes atteintes d’albinisme aient accès à des soins de santé appropriés, à l’éducation et à des opportunités économiques », a ajouté le représentant de la ministre en charge de la Solidarité.

''Le nombre de décès liés au cancer de la peau est en croissance'', Maïmouna Déné 4
Zeinab Hamza Diaby, représentante du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homm

Zeinab Hamza Diaby, représentante du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme, a souligné certains progrès réalisés dans la sensibilisation à l’albinisme. Parmi ces progrès, figure la création d’un mandat d’expert chargé des droits de l’homme des personnes atteintes d’albinisme le 26 mars 2015.

« En 2019, l’Union africaine a adopté le plan d’action régional sur l’albinisme. Les campagnes de sensibilisation ont permis au public de mieux comprendre les défis auxquels sont confrontées les personnes atteintes d’albinisme et de garantir leurs droits », a-t-elle poursuivi.

Zeinab Diaby a ajouté que les personnes atteintes d’albinisme sont également confrontées à des croyances et mythes qui mettent leur vie en danger.

Elle a rappelé que le Haut-Commissariat aux droits de l’homme travaille avec les acteurs étatiques pour garantir que les droits des personnes atteintes d’albinisme soient pris en compte.

« Nous espérons qu’à l’issue de cette activité, des recommandations claires seront faites aux acteurs, surtout aux décideurs. Cela permettra d’adopter des lois plus inclusives et plus protectrices. Ainsi, ces personnes pourront jouir pleinement de leurs droits, car tout être humain a droit à la vie et à la dignité », a déclaré Zeinab Diaby.

De son côté, Malika Ouattara, présidente de la Fondation Slamazone, a indiqué que cette lutte vise à montrer le bon côté de l’albinisme. « Nous voulons que la personne atteinte d’albinisme soit perçue comme une belle personne. J’ai l’impression que nous nous battons pour leur droit de vivre. Pourtant, cela ne devrait pas être une lutte », a-t-elle affirmé.

Elle a également encouragé les participants : « Apprenez à vos enfants, à vos voisins, que les personnes albinos sont des personnes normales à part entière »

''Le nombre de décès liés au cancer de la peau est en croissance'', Maïmouna Déné 5
Les officiels à la conférence publique

Depuis le 18 décembre 2014, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution 69/170. Celle-ci a proclamé le 13 juin Journée mondiale de sensibilisation à l’albinisme, à compter de 2015. Cette journée vise à donner une voix aux personnes atteintes d’albinisme et à aborder leurs préoccupations quotidiennes.

Asmine Zerbo (Stagiaire) MoussoNews

Loading

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *