Médias publics : ‘’ il s’agit d’une affection et non d’un licenciement’’

Le ministère de la communication et des relations avec le parlement étaient face aux hommes de médias ce jeudi 5 mars 2020 afin de compléter les informations sur les décisions portant l’affection de 322 fonctionnaires au paravent exerçant à la RTB et 48 fonctionnaires des éditions Sidwaya.

‘’ Depuis début 2019, le ministère en charge de la Communication a décidé de mettre de l’ordre dans la situation administrative de ses agents au regard des nombreuses difficultés rencontrées dans la gestion de fin de carrière de certains d’entre eux, une opération « casier vide » a été d’initié » a d’entrée indiqué Hortense Zida, secrétaire générale dudit ministère. En effet, explique-t-elle : ‘’ les établissements public de l’Etat ont produit une liste définitive suite au souhait du ministère de la Communication et des relations avec le parlement (MCRP) à l’apport d’une réponse à des situations d’irrégularités constatées, faisant état respectivement de 322 agents à la RTB et de 48 agents aux Editions Sidwaya’’.

Le ministère a donc pris la décision d’affecter ces agents en situation irrégulière pour compter du 1er mars. ‘’Il ne s’agit donc pas d’un licenciement ou encore d’une réponse au mouvement d’humeur engagé par le SYNATIC mais plutôt d’un processus de régularisation de situations d’agents’’ rassure la secrétaire générale.

Pour ce qui est des erreurs qui ont pu glisser dans le processus, elles seront prises en compte par les services du ministère et les différents DRH des EPE afin d’apporter les corrections nécessaires. ‘’ Les EPE devront exprimer leurs besoins et le MCRP prendra tous les actes en bonnes et due forme pour qu’ils rejoignent soit les Editions Sidwaya soit la Radiodiffusion-Télévision du Burkina » a-t-elle ajouté. En ce qui concerne les contrats de ces agents « le renouvellement n’est pas tacite » et chaque agent dont le contrat est à terme devrait le renouveler si besoin est, où décider de partir dans son ministère d’origine a expliqué Bambayide Laure Ouédraogo, directrice des ressources humaines. « L’agent concerné doit le signaler deux mois avant la fin de son contrat pour un renouvellement, ou de sa décision de regagner son ministère d’origine » a-t-elle souligné.

Chéri Fatou Dramé

Laisser un commentaire