Mena : une collecte de fonds lancé

Le ministère de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) lance une collecte de fond. Une contribution pour soutenir les FDS, les familles des victimes et les PDI, après une année marqué par des assassinats d’enseignants.

L’année 2019 a été une année difficile sur le plan sécuritaire pour le pays des hommes intègres avec 480 burkinabè (FDS et civils) tués dont 10 enseignants.

Même si tous les secteurs ont été affecté par cette situation, celui de l’enseignement semble le plus touché avec 2 369 établissements fermés, 10 048 enseignants en arrêt de travail, 325 245 élèves déscolarisés, 623 établissements endommagés à la date du 30 janvier 2020 selon le ministre Stanislas Ouaro. Le MENA a aussi enregistré à la date du 3 février 2020, 36 écoles fermées dans la commune de Bani à la suite de l’attaque de Lamdamoal.

C’est pour résorber ces difficultés que ledit ministère a entamé des actions dans le sens de la reprise des activités pédagogiques, pour assurer la continuité de la scolarisation des enfants des zones concernées. Actions qui ont permis à la date du 30 janvier 2020, la réouverture de 824 établissements et la réinscription de 20 000 élèves.

A la suite d’une concertation du MENAPLN avec les responsables politiques et administratives, les parents d’élèves, syndicats, FDS des régions touchées, des recommandations ont été faites. La première est la mise en place d’un fond d’urgence du MENAPLN pour prise en charge des situations d’urgence.

Dans le cadre de la mise en œuvre de cette recommandation, le ministre a procédé le 6 février 2020 au lancement officiel de la collecte de fonds. Cette collecte de fond sera ouverte à l’ensemble de tous les autres acteurs de la société civile, les parents d’élèves et élèves. Le ministère espère par cet acte promouvoir une éducation à la solidarité et à la citoyenneté au sein de la communauté éducative.

RABO Cheik Abdoul Kader/ Stagiaire

Laisser un commentaire