[Tribune] * Sexualité: le paradoxe Burkinabè

Nous sommes un pays où le sexe est tabou mais il est pratiqué à ciel ouvert. Nous sommes une société « bien pensante avec de grandes valeurs ». Cependant, nous écumons les rues à la recherche et satisfaction du plaisir charnel.
Nous entretenons des relations hypocrites avec nous mêmes et avec les autres. Quand nous sommes en couple, nous échangeons sur tous les sujets en omettant volontairement celui sexuel pourtant « nerf de la guerre ».
On n’est pas satisfait sexuellement dans son couple. On n’en discute pas avec son/ sa partenaire. Non! On va voir ailleurs tout en restant évidemment dans son couple.
Tu es marié. Mais tu as honte d’aborder les questions sexuelles avec ton épouse. Mais tu peux le faire allègrement avec une inconnue dehors. Oubliant que celle que tu laisses dedans est forcément frustrée. Donc va éventuellement faire comme toi.
Tout ça dans une hypocrisie généralisée où quand tu es célibataire et épanoui tu es mal vu. Après on se joue les surpris quand ça se sait ou quand ça dégénère.
Le sexe fait partie de nous, de nos besoins, de nos envies. Il fait partie intégrante de la vie. Soyons donc conséquents avec nous mêmes!
Patinde Amandine Konditamde

Loading

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *