Déplacées internes: du sexe contre de la nourriture, des humanitaires annoncent la ‘’tolérance zéro’’

‘’ Zéro tolérance’’ c’est l’engagement qu’a pris par des humanitaires le 19 août dernier contre le phénomène d’échange de sexe contre de la nourriture que subissent des femmes déplacées internes. Dans un communiqué publié ce 26 aout, le ministère de l’action sociale informe qu’une enquête a été ouverte.

Des humanitaires se disent inquiets après avoir lu les articles sur le chantage sexuel que subissent des femmes déplacées dans leur quête de sécurité alimentaire. «  Nous avons entendu des témoignages, nous avons lu les articles, et nous sommes tous inquiets. Mais cela ne veut pas dire que nous n’agissons pas », témoigne l’une des représentantes de OCHA –Burkina.

 

Le 19 août à l’occasion de la – journée mondiale des humanitaires- des membres de OCHA ont rassuré qu’une structure de coordination mettra en place un mécanisme pour venir à bout du phénomène peut honorable pour leur corporation. « Il nous faut aboutir à la tolérance zéro de ce phénomène. Et en la matière, une ligne verte existe. Nous devons garantir tous ensemble, la sécurité et la quiétude des populations déplacées », rassure la représentante de OCHA/Burkina. Et d’ajouter que : «  à chaque alerte, nous serons là ».

Le ministère en charge de l’action humanitaire n’est pas resté silencieux. Selon la ministre, une enquête est ouverte.

Le communiqué du ministère de l’action humanitaire
  • OCHA – Bureau de la coordination des affaires humanitaires

Bassératou K. 

 

Une réflexion sur “Déplacées internes: du sexe contre de la nourriture, des humanitaires annoncent la ‘’tolérance zéro’’

Laisser un commentaire