Accès à l’eau potable : un clavaire dans le quartier Belle-ville de Bobo-Dioulasso

La gratuité de l’eau a plutôt entrainé un manque d’eau dans certains quartiers de la ville de Bobo-Dioulasso comme – belle-ville-. Clientes et gérante de borne fontaine disent subir un calvaire dans la quête d’eau. Certaines femmes souhaitent la levée de cette gratuité qui entre dans le cadre de la mise en œuvre des mesures sociales prises par le président du Faso pour lutter contre la Covid-19.

Dans le quartier de Belle-Ville, à Bobo-Dioulasso, avoir de l’eau constitue une bataille pour certaines femmes. Un problème qui devient de plus en plus fréquent avec la mise en œuvre de la mesure du gouvernement de rendre gratuite l’eau au niveau des bornes fontaines.

Des femmes à la recherche de l’eau passent presque toute une journée devant les points d’eau. Salimata Touré, une quatogénaire fait partie de ces femmes. « Nous sommes dans cette difficulté depuis la mise en œuvre de la mesures. Nous sommes fatiguées. On essaie de se débrouiller comme on peut » dit-t-elle l’air épuisée. Avoir une seule barrique remplie d’eau relève d’un parcours de combattant dans ce quartier – belle ville- selon des femmes.

Alice Dabiré, gérante d’une fontaine dit rencontrer aussi des difficultés depuis la prise de cette mesure.

Elle témoigne avoir eu quelques petits soucis au début de l’application de la mesure car elle n’était pas encore informée. «  J’ai essuyé des insultes de la part de certaines personnes mécontentes de voir que la mesure n’était pas encore effective à mon niveau. Mais après avoir reçu l’autorisation de l’ONEA pour donner l’eau gratuitement, je dirai que les problèmes ont encore augmenté » informe la jeune femme.

Que dit l’ONEA ?

Selon l’ONEA, «  Une personne a droit de remplir qu’une seule barrique quand elle en a deux. Egalement, une personne à droit de remplir que 10 bidons (5litres) ». Alice d’indiquer que ces dispositions posent également des problèmes car les habitants se plaignent disant que l’eau est gratuite.

A cela s’ajoute les coupures fréquente d’eau source de conflit entre consommateurs dans les fontaines. « La coupure de l’eau devient de plus en plus fréquent chaque jour. Des personnes viennent à la fontaine et retournent à la maison souvent sans eau» fait-elle savoir. Le couvre-feu constitue également un obstacle pour la recherche d’eau.

« Quand l’heure du couvre-feu approche et que je dois fermer le point d’eau, certaines personnes n’ayant pas obtenu l’eau de la journée se plaignent. En plus, elles commencent à m’insulter » dit-t-elle. Alice lance un cri de cœur à l’ONEA afin qu’elle réduise les coupures d’eau pour soulager le calvaire des familles surtout en cette période de soudure.

Diro Benoit Wilfried TOE

 

Laisser un commentaire