Affrontements au Lycée Mixte de Gounghin : les agresseurs promettent de revenir avec un renfort

Les élèves du lycée mixte de Gounghin (LMG) ont subi des agressions ce mardi 21 Mars 2023 au sein de leur établissement par de présumés bandits toujours en quête d’argent pour combler leur besoin en stupéfiants.
Affrontements au Lycée Mixte de Gounghin : les agresseurs promettent de revenir avec un renfort 2

Des jeunes mal intentionnés sous l’emprise de la drogue et de l’alcool sillonnent fréquemment les alentours du Lycée Mixte de Gounghin afin de soutirer l’argent de poche des élèves. « Ce matin nous avons assisté à une session de débandade et de jet de cailloux entre les élèves et des bandits de la rue. Cela n’était pas une première. Ces alcooliques, ces drogués ont cette habitude de prendre de force l’argent des enfants », affirme Kadidiatou Tapsoba, une vendeuse de brochette.

Un jeune garçon, élève en classe de 5ème, qui a suivi toute la scène témoigne : « Mon ami a été sérieusement battu tout simplement parce qu’il a refusé de donner son argent de poche. Ce gars en jaune, il ne lui a rien fait. Il a dit qu’il veut de l’argent et mon ami lui a répondu qu’il n’en avait pas. C’est là qu’il a commencé à lui serrer les colles et à lui donner des coups de poings. Les élèves de la classe n’ont pas pu faire quelque chose pour l’aider car il était imposant. Ils avaient peur de l’approcher ». Un jeune élève en tenue couleur kaki ainsi que d’autres élèves du second cycle, poursuit-il, ont tenté de le défendre. Les amis de l’agresseur, en soutien à leur coéquipier ont commencé à lancer des pierres.

Une constante présence d’intrus dans l’établissement est favorisée par des entrées non sécurisées selon des élèves. « Le lycée a plusieurs moyens d’entrée, cinq (05) portes précisément. C’est par là que les drogués entrent et agressent les élèves les plus faibles », informe Kantagba Abdine, un élève.

Des membres de l’administration en conseil de classe

Des membres de l’administration n’étaient pas informés de ce qui se passait ce 21 mars dans la matinée. « Durant ces affrontements, il n’eut pas d’intervention d’un membre de l’administration. Les professeurs, les surveillants, le censeur, le proviseur, étaient en conseil de discipline. Ils ignoraient ce qui se passait », indique Romaric Congo. « J’ai peur de ce qui s’est passé aujourd’hui car un de mes camarades pouvait perdre la vie. Il faudrait trouver une solution pour y remédier » laisse-t-il entendre.

Du terrorisme scolaire

Pour Bienvenue Congo qualifie cette situation apparait comme un terrorisme scolaire. « Nous sommes déjà inquiets et terrifiés par la situation sécuritaire de ce pays qui se dégrade de jour en jour. Et cette situation vient s’ajouter. Si rien n’est fait j’ai peur que ce lycée puisse subir le même sort que celui du Zinda, fermé depuis 2021 », dit-il. Les agresseurs sont repartis tout en promettant revenir avec un renfort.

Emmanuella Wend-Zoodo Heureuse CONGO/ Stagiaire MoussoNews

Publicités
Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *