Banque mondiale : de la volonté de réduire les inégalités entre femmes et hommes

Il part du constat que :  les défis majeurs à savoir  des changements climatiques aux migrations forcées et aux pandémies, en passant par le ralentissement des taux de croissance de l’investissement et la montée des taux de pauvreté dans de nombreux pays en développement, auxquels le monde fait face, touchent les deux sexes et souvent au détriment des femmes en raison de lois et de politiques discriminatoires et de la présence de normes sociales et de genre qui déterminent leur rôle économique et leurs responsabilités.

Pour remédier à ces inégalités afin de contribuer à la lutte contre la pauvreté et à la promotion d’une croissance économique durable, le Groupe collabore avec les pouvoirs publics et les entreprises du secteur privé. Il met en place une stratégie, qui s’attaque à l’ensemble de ces défis et repose sur un cadre conceptuel qui part du principe que les ménages, les marchés et les institutions (formelles et informelles), ainsi que leurs interactions, influent sur l’égalité hommes-femmes et sur le développement économique.

La stratégie se concentre sur des domaines essentiels vers lesquels les pays et les entreprises peuvent diriger leurs investissements pour instaurer une participation égale à la vie économique : remédier aux disparités persistantes en matière d’éducation et de santé;  lever les barrières qui entravent l’accès des femmes à des emplois,  lever les obstacles qui empêchent les femmes de posséder des terres ; améliorer la capacité des femmes à se faire entendre et à agir pour lutter contre les mariages précoces, les violences sexistes et les normes sociales discriminantes et favoriser la participation féminine dans la gouvernance et les infrastructures.

 

Diro Benoit Wilfried TOE

Source : site de la banque mondiale

Laisser un commentaire