Barbès: le sac à tendance mondialisée

Il est en toile de Nylon, à carreaux blancs, roses, bleus, rouges ou noirs et connu sous plusieurs appellations : Barbès, Ghana-Must-Go, Lagos Bag. ….. Histoire d’un accessoire iconique qui séduit les créateurs de mode de tous horizons.

Il sert de valises généralement pour des passagers maliens, sénégalais, burkinabè ou guinéens en provenance de quelques capitales européennes comme à Paris. Le Barbès, cabas à carreaux roses, bleus, rouges ou noirs est devenu un symbole des mouvements migratoires entre l’Afrique et l’Europe. Il porte le nom d’un des quartiers les plus multiculturels du Vieux Continent : Barbès, à Paris. C’est un endroit façonné par l’arrivée massive de migrants maghrébins et subsahariens dans les années 1950 et 1960.
Ils font alors partie de la première vague de la clientèle cible de la célèbre enseigne discount Tati – fondée par le Tunisien Jules Ouaki en 1948 et dont le vaisseau amiral est situé, depuis, sur le boulevard de Rochechouart en France. C’est la raison pour laquelle, en France, l’accessoire en plastique est dénommé Barbès ou Tati, car Tati a été la première enseigne à le vendre à bas prix (1 franc à peine !), avant que les bazars tenus par les Asiatiques ne prennent la relève.

Emmanuel Fiakofi

avec Jeune Afrique

Laisser un commentaire