Burkindlim : ‘’ Le HCRUN est la solution pour une réconciliation nationale’’

Le Groupe parlementaire BURKINDLIM a tenu ses premières journées parlementaires de l’année 2020 les mardi 10 et mercredi 11 mars 2020 à Ouagadougou. Ces journées ont été une occasion pour les députés de ce groupe et leurs militants de la province du Kadiogo d’échanger sur la problématique de la réconciliation nationale à travers un panel.

’Pour une véritable réconciliation nationale : quelles perspectives ?’’, c’est le thème retenu pour ces premières journées parlementaires, édition 2020. Pour Emmanuel Lankoandé, président du groupe parlementaire c’est une thématique qui est partagée par l’ensemble des burkinabè, une préoccupation centrale car dit-il : ‘’la réconciliation est sur toutes les lèvres’’. Il déplore toutefois que les voies et les méthodes restent un consensus qui n’est pas véritablement atteint. L’objectif premier de ces deux jours de réflexions était de rassembler les acteurs qui ont une lecture différente de cette réconciliation sur une même table.

A en croire M. Lankoandé, la réconciliation nationale procède d’une catharsis dont la conséquence la plus plausible est le retour de l’unité politique autour de la mère patrie, de la cohésion sociale au sein des populations et de la paix dans les cœurs.

Il a rappelé que la paix sociale, l’unité nationale, la cohésion sociale, la réconciliation nationale sont pour eux des repères d’actions qui interpellent l’ensemble des burkinabè pour sortir le Burkina Faso des sentiers battus. Les différents groupes parlementaires invités ont tour à tour pris la parole pour livrer leurs messages de soutien au groupe parlementaire BURKINDLIM.

Ils ont salué la pertinence du thème des journées et reconnu la nécessité d’une véritable réconciliation nationale au Burkina Faso. ‘’Nous avons lancé un appel au président du Faso qui, lui-même s’est engagé avec une volonté manifeste de réconcilier les burkinabè ‘’, a affirmé Emmanuel Lankoandé.

Le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale(HCRUN) qui a connu le consensus après la transition doit porter la mise en œuvre de la réconciliation. Selon lui, une refondation de cette structure sera la bienvenue pour prendre compte l’ensemble des acteurs. ‘’ Il faut permettre au HCRUN d’avoir les moyens nécessaires pour l’atteinte de ses objectifs qui sont principalement la réconciliation nationale et l’unité nationale ‘’ conclu-t-il.

Cheick Abass KOALA/Stagiaire

Laisser un commentaire