Chronique : les hummm… de Mariam Vanessa Touré sur – Quel monde de sexe et d’argent –

Jamais le sexe n’a été autant banalisé que de nos jours ! On en parle sans vergogne et parfois même, on l’exhibe sans pudeur. En tout temps et en tout lieu. À tout âge, avec toutes sortes de partenaires et une panoplie de déviances. Dans cette folle course à l’exhibitionnisme sexuel, les jeunes, garçons comme filles, qui ne semblent avoir aucune limite.

Chronique : les hummm… de Mariam Vanessa Touré sur – Quel monde de sexe et d’argent – 2

On se rappelle les soirées libertines, des villas cossues louées pour des « sex parties », de l’orgie à la partouse, l’amour à plusieurs qui avaient défrayé la chronique ici même dans nos grandes villes. Même si elles ont toujours existé, c’est la banalisation de ces déviances qui pose problème aujourd’hui. Et voici même que de jeunes garçons vont chasser sur le terrain de leurs géniteurs, à la recherche de… « Sugar mummies » !

Hummm… J’ai cru à une plaisanterie de mauvais goût lorsqu’une amie, m’a raconté la mésaventure de l’une de ses tantes, veuve depuis quelques années et plusieurs fois grand-mère. Très belle dame, bien conservée pour son âge et habitant une villa cossue du quartier huppé de Ouaga 2000, elle a été ciblée par de jeunes garçons moins âgés que son dernier fils.

Ce jour-là, deux jeunes garçons se présentent chez elle pour proposer des produits contre la tension, le diabète et les arthroses, en général lot quotidien des personnes du troisième âge. Après les salamalecs, ils convainquent la bonne dame de leur laisser son numéro pour la présentation d’autres produits qui pourraient l’intéresser. Sans arrière pensée, « maman » le leur communique et prend congé.

Mais ne voilà-t-il pas qu’elle reçoit, deux semaines plus tard, des appels d’un numéro qu’elle ne connaît pas ! Lorsqu’elle finit par décrocher cet appel persistant, c’est l’un des jeunes qui se rappelle à sa mémoire et passe illico à l’attaque. Il lui dit qu’en réalité il n’appelait pas pour les produits mais pour une proposition : « Maman je peux vous faire la chose-là bien, je fais très bien le cunni…, je suis très discret, personne ne saura, même pas vos enfants et vous n’aurez qu’à me faire de petits cadeaux de temps en temps. Ne vous en faites pas, beaucoup de femmes comme vous le font et c’est ni vu ni connu ! ». La dame aurait crié sans s’en rendre compte, traitant cet impertinent de tous les noms et le menaçant de le livrer à la police si jamais il osait encore la contacter.

Des exemples de ce genre sont malheureusement légion. Je me rappelle ce témoignage d’une connaissance qui avait été harcelée par quelqu’un de moins âgé qu’elle, et qui cible les jeunes dames, mariées ou non, qui circuleraient dans une 4×4. De confidences en confidences entre copines, il s’est avéré que le même jeune avait jeté son dévolu sur plusieurs d’entre elles.

Hummm… si la cible de ces jeunes garçons semble être des femmes seules d’un certain âge, ou en tout cas beaucoup plus âgées qu’eux, veuves, divorcées ou célibataires, les plus courageux profitent de la détresse des femmes mariées en manque de nuits torrides.

Le mode opératoire est toujours le même : les séduire, les rassurer quant à leur discrétion et leur vendre le rêve d’un incroyable septième ciel. Ce contrat sexe contre argent ou cadeau est le point commun de ces gigolos d’un autre genre.

Malheureusement certaines femmes tombent dans leur piège et se retrouvent à faire face à des chantages de tout genre.

D’aucuns vous diront que l’amour n’a pas d’âge, sauf qu’ici il ne s’agit ni plus ni moins que de relations sexuelles monnayées, donc de prostitution masculine. Rien ne semble arrêter ces jeunes garçons partisans de la vie facile, prêts à dénicher partout leur proie. Aux aguets dans la rue, en circulation, les lieux publics, sur des affiches collées au coin des rues, sur les réseaux sociaux ou même à domicile avec pour seule marchandise leur… troisième pied ! Un commerce malsain où sexe et argent sont les maîtres.

#hummm #mariamvanessatoure

Loading

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *