CINE DROIT LIBRE 2018 : Coup de clap pour la 14ème édition.

Le festival ciné droit libre a  ouvert  ses portes ce samedi 08 Décembre 2018 à l’espace culturel Gambidi  de Ouagadougou. Placé sous le thème « Justice, levez-vous ! », ce festival va réunir plusieurs acteurs du monde judiciaire, de la société civile et des défenseurs de droits de l’homme.

La cérémonie d’ouverture  de la 14ème édition du festival ciné droit libre a eu lieu ce samedi 08 Décembre 2018 à l’espace culturel Gambidi  de Ouagadougou sous le thème « Justice, levez-vous!». A cette cérémonie d’ouverture, la projection d’un reportage dénonçant la répression du syndicat des étudiants togolais a marqué les spectateurs.

Pour Abdoulaye DIALLO co-fondateur de ciné droit libre (CDL), ce thème intervient à un moment où la question de justice en Afrique se  pose avec acuité. Il se réjouit de la mobilisation du jour car dit-il, « ce n’était pas évident d’avoir un public massif  puisque le festival a investi un autre lieu pour son lancement, en lieu et place de l’institut français qui était son endroit tradition ».

Et René BAGORO ministre de la justice, des droits humains et de la promotion civique de confié que l’exécutif Burkinabé est en phase avec l’interpellation du festival qui appelle la justice à redorer son blason. « Le fait que la France ait accepté de déclassifier certains documents sur les dossiers Thomas Sankara et Norbert Zongo, ce qui laisse présager un avenir prometteur » a-t-il poursuivi.

De l’avis de bon nombre d’acteurs, le thème de ce festival est interpellateur. « Je pense que le thème de cette année « justice levez-vous ! » est aussi, pour moi qui suis du domaine, très bien choisi parce qu’on s’est toujours posé la question qui est ce qui jugera les juges ? Et cette fois-ci Ciné Droit Libre va juger les Juges et je pense que ça va donner beaucoup à réfléchir à nous tous sur notre engagement » a dit Adjaratou BANSE.

Loé Teetti KONATE estime qu’il faut que ceux-ci mettent au-devant de tout l’importance de chaque être humain quel que soit son rang social, son âge et savoir que les hommes naissent libres et égaux et ont des droits.

Monsieur DIALLO a affirmé que l’édition 2018 du ciné droit libre promet au public un programme très riche et très varié avec des Master class, des projections de films suivis de débats, des émissions avec le célébrissime Claudy Siar, des prestations musicales et humoristes etc. Il a  invité les Burkinabés à se rendre dans les différents sites du festival dont le  CENASA, l’espace Gambidi, le Goethe institut, l’université, les cités universitaires etc. pour suivre de bout en bout l’édition 2018.

 

Sié Sébastien POUDA

 

Laisser un commentaire