Développement: Vers une modernisation de l’Etat civil au Burkina

Le Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation a organisé un L’atelier national d’analyse portant sur des processus d’enregistrement des faits d’état civil et de la production des statistiques de vie le jeudi 09 mai 2019 à Royal Beach.

Selon l’enquête multisectorielle continue (EMC-MDS) , le taux d’enregistrement des naissances varie en fonction de lieu de résidence soit 96,5% en zone urbaine contre 74,7 en zone rurale. Les disparités sont aussi plus prononcées entre les régions. selon ce rapport ,le taux d’enregistrement en 2017 des naissances dans les délais légaux de deux (2) mois au plan national était de 49,04%.


Cet atelier national s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale de l’Etat civil (SNEC) vise à d’identifier les principaux goulots d’étranglement à l’accès aux services de l’état civil et à la production des statistiques de vie.il concerne les acteurs du système de l’Etat civil, notamment des ministères en charge de l’administration du territoire, de la justice et de la santé, de l’économie et des finances, les autorités décentralisées et déconcentrées, les leaders coutumiers et religieux, les organisations de la société civile, ainsi que les ONG intervenant dans ce domaine.
A en croire Maxime BOUDA Directeur Général de la Modernisation de l’Etat Civil, « pour inverser cette tendance négative , cet atelier vise à renforcer les capacité des services de l’Etat civil en vue de rendre le système d’enregistrement des faits d’état civil performant sécurisé et capable de fournir des statistiques fiables » . Identifier les actions de forte portée susceptible « d’apporter des changements dans le processus d’enregistrement des faits de d’état civil et la production des statistiques de vie tant au niveau communal, régional que national » a-t-il ajouté .
Sur la base des résultats des ateliers inter-régionaux, l’atelier national vise de façon spécifique à élaborer des plans d’actions régionaux pour l’amélioration de la qualité des services de l’état civil et la production des statistiques de vie afin de rendre système d’état civil performant, capable de répondre pleinement aux principes d’universalité, de continuité, de permanence et de gratuité , aussi définir une feuille de route pour les grandes lignes d’actions de portée nationale.
Selon Frédéric Guirlene, Chef Programme Protection UNICEF Burkina Faso ,cet atelier est « une occasion d’effectuer une analyse exhaustive de la situation à contribuer à identifier les difficultés majeure liées à l’Etat civil » . Pour lui il sera question désormais de travailler à la levée de ces goulots d’étranglements afin d’étendre la couverture de l’enregistrement des faits d’Etat civil et la production de statistiques vitales , à la fois au niveau central et dans les treize régions du Burkina Faso . Il a réaffirmé le soutien de l’UNICEF cet atelier permettra sans doute à chaque enfant burkinabè de disposer d’un acte de naissance
Emmanuel Faikofi

Laisser un commentaire