Éducation : 100 chefs traditionnels s’engagent pour les droits de l’enfant au Burkina

La représentante de l’UNICEF au Burkina Faso a effectué une visite au Mogho Naaba , le vendredi ,27 septembre 2019 pour lui témoigner l’engagement pris par les chefs traditionnels pour les droits de l’enfant.

Plus de 100 chefs traditionnels ont pris part à l’atelier national de plaidoyer en faveur des  » Keys results for chirldren » ( Résultats clés pour les enfants) les 24 et 25 septembre 2019 à Ouagadougou. Organisé par l’association BELWET en partenariat avec le Gouvernorat de la région du Centre et L’UNICEF, les chefs traditionnels ont pris l’engagement pour accélérer les actions en faveur de la réduction de la malnutrition des enfants, l’élimination du mariage des enfants et l’abandon de défécation à l’air libre , considérés comme trois priorités et résultats clés pour les enfants.  » Nous comptons sur l’engagement et l’influence des  » Naaba  » pour convaincre les populations de leurs régions respectives de s’emparer de ces problèmes et de contribuer aux solutions qui sauveront la vie de centaines de milliers d’enfants et leur donneront les opportunités nécessaires à réaliser leur plein potentiel » a déclaré Anne Vincent ,Représentante de l’UNICEF au Burkina Faso.

Sous l’égide de Larlé Naaba Tigré et l’Association BELWET, l’UNICEF a facilité durant deux jours de dialogue pour trouver les solutions efficaces à ces phénomènes néfastes afin d’améliorer la santé, l’éducation et la protection des enfants.  » La nutrition est fondamentale pour l’enfant. Un enfant bien né sera en bonne santé, pour construire sa vie et être utile pour sa famille, sa communauté et son pays  » a pour  souligné le Larlé Naaba Tigré, champion national de la nutrition.

Engagé de longue date dans la lutte contre le mariage des enfants, Sa majesté Pô-Pè précise qu’en tant que chef traditionnel il promet informer sa communauté sur  » les conséquences néfastes des mariages précoces et prodigue des conseils aux populations dès que l’occasion se présente ».

Emmanuel Fiakofi

Laisser un commentaire