La présidente de l’AGRA souligne la nécessité de relever les défis de manière communautaire

La présidente de l’AGRA, Agnes Kalibata, a souligné la nécessité de relever les défis en tant que communauté dans le sillage du Forum africain sur les systèmes alimentaires (AGRF) 2023 qui a débuté mardi 5-8 septembre à Dar es Salaam, en Tanzanie.

La présidente de l'AGRA souligne la nécessité de relever les défis de manière communautaire 2

La conférence, qui réunit plus de 4 000 délégués du monde entier pour discuter des défis liés aux systèmes alimentaires, se déroule dans un contexte marqué par l’impact du COVID-19, la guerre entre la Russie et l’Ukraine et le changement climatique.

“Aucun pays ou groupe de population ne peut résoudre seul ses problèmes. Ce n’est qu’en nous réunissant en tant que communauté pour parler et discuter de ces défis, discuter de ce que nous faisons bien et de ce que nous faisons mal et explorer les opportunités qui se présentent à nous que nous pourrons résoudre les problèmes”, a déclaré le Dr Kalibata en commentant le sommet annuel qui se tient au Julius Nyerere International Convention Centre.

Plus de 30 ministres, des membres du secteur privé et de la communauté agricole participent à cette conférence de quatre jours.

“Ce (forum) s’appuie sur le potentiel d’une communauté qui s’est réunie pour avoir des conversations franches et difficiles qui doivent être menées et être en mesure de relever certains défis”, a-t-elle déclaré, ajoutant que le forum est une occasion de dialogue entre différents groupes de personnes.

Cette année, l’AGRF met l’accent sur les jeunes et les femmes qui jouent un rôle important dans la production alimentaire et la durabilité.

“En effet, depuis la conférence COVID-19 jusqu’à la guerre entre la Russie et l’Ukraine et la crise du coût de la vie qui en a résulté, nous constatons que l’impact est largement lié à l’inclusion et à l’exclusion. Nous constatons que les gens n’ont pas la même capacité à accéder à la même alimentation qu’auparavant. Avec la même somme d’argent, vous avez accès à beaucoup moins de nourriture et cela a un impact sur la population”, a déclaré le Dr Kalibata.

” C’est une opportunité pour les participants de discuter de ce que nous pouvons faire, de ce que nous pouvons apprendre les uns des autres et de la manière dont nous pouvons construire une communauté d’apprentissage les uns des autres afin que ce qui se passe dans nos pays emprunte vraiment à ce que font les autres et que nous puissions nous soutenir mutuellement “, a-t-elle ajouté.

La conférence devrait servir de plateforme pour la conclusion d’accords dans les domaines de l’agriculture, du changement climatique et du commerce, dans le contexte des systèmes alimentaires.

“La transformation ne vient pas de conférences comme celle-ci. Elle vient de notre capacité à nous préparer, après ces grandes conférences, à mettre des ressources sur la table”, a déclaré M. Kalibata.

“Par exemple, cette semaine, nous prévoyons ici en Tanzanie un programme majeur de mobilisation des partenaires et des ressources qui pourrait être un facteur de transformation dans ce pays. Cela commencera par le gouvernement tanzanien lui-même et ses partenaires qui mettront des ressources sur la table et ce type de programmes atteindra les agriculteurs”, a-t-elle déclaré.

Dr Kalibata a également évoqué l’impact de la conférence sur les petits exploitants agricoles et les autres communautés, affirmant qu’ils ne devaient pas se sentir isolés.

“C’est l’idée même de gérer les défis du changement climatique et de la crise du coût de la vie qui ont un impact sur les agriculteurs et les individus en général, et qui découlent des accords conclus lors de réunions comme celle-ci qui auront un impact sur eux. Je dirais donc aux agriculteurs et aux communautés qui sont là, que nous sommes là pour écouter et faire partie de la conversation qui peut commencer à résoudre certains des défis avec lesquels nous travaillons tous les jours”, a-t-elle déclaré.

“Notre tâche, dans le cadre de cette conférence, est de veiller à ce que ces défis deviennent continentaux et mondiaux, en particulier le défi du changement climatique. Tout le monde doit comprendre que les agriculteurs africains souffrent du changement climatique et qu’ils n’en sont pas responsables”.

Loading

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *