L’assurance : Un parapluie pour les situations heureuses et malheureuses

Assurance auto/moto, assurance retraite, rente éducation, etc. Ce sont entre autres des produits qui permettent de planifier ou de prévoir des jours meilleurs pour soi ou pour les progénitures. Plusieurs enfants poursuivent aujourd’hui leur cursus scolaire grâce, par exemple à la rente éducation. Reportage

Adrien Bonkoungou ( nom d’emprunt) cadre dans une société à souscrit à une assurance rente depuis des années. Sa fille qui vient d’avoir le baccalauréat et une bourse doit aller à l’extérieur pour la suite des études. Comment financer le voyage en attendant le décaissement de la bourse ? Il se rappelle de ses souscriptions à l’Assurance Rente éducation dans une société d’assurance de la place. « Voulez-vous le paiement par an ou en un seul montant ? », demande son assureur. M. Bonkoungou a opté pour le paiement en une seule tranche. Ce qui a permis le voyage et l’installation de sa fille dans un pays en Europe en attendant que sa bourse soit activée.

L’assurance : Un parapluie pour les situations heureuses et malheureuses 2
Au Burkina il existe 11 compagnies d’assurance

En octobre 2023, Adama Badolo a pu suivre l’assurance de son petit frère décédé dans un accident. Ses enfants ont pu poursuivre l’école grâce à la Rente à laquelle leur défunt père avait souscrit. « Ils sont à bas âge mais l’assurance souscrite par leur père peut leur permettre de suivre les études jusqu’au secondaire », confie Jérémie Bado, courtier en assurance.

Lire ici: Marché de l’assurance au Burkina Faso : chiffre d’affaires 2017 par compagnie (atlas-mag.net)

Jeudi 16 novembre, nous sommes devant une agence d’assurance dans la capitale Burkinabè. Le rendez-vous est pris avec un agent dans l’espoir de rencontrer un autre bénéficiaire de la rente. Dans une salle d’attente aux couleurs de l’assurance, les échanges ne durent pas longtemps. HJ (nom d’emprunt) dégage un double sentiment : l’espoir de poursuivre ses études et le regret de ne voir son père être témoin de sa réussite au bac. « Je suis fier de lui. Fier de voir que de son vivant, il s’est toujours préoccupé de nos études », témoigne le jeune homme d’une voix de tristesse.

« Je suis fier de lui. Fier de voir que de son vivant, il s’est toujours préoccupé de nos études »

Un bénéficiaire d’une rente assurance

Ces cas sont légion dans cette société d’assurance qui a toutefois recommandé l’anonymat, une des valeurs auxquelles elle est attachée. « Nous le faisons toujours pour préserver l’intégrité physique et morale de nos clients », précise l’agent.

L’assurance rente éducation, une sorte d’épargne

L’assurance vie rente éducation est  une sorte d’épargne qui intègre la probabilité de décès. « On dit que si par exemple, la personne qui cotise décède avant un certain terme, qu’on puisse utiliser l’épargne pour accompagner le bénéficiaire désigné au contrat », explique Jérémie Bado, courtier en assurance. Les avantages de ce produit d’assurance en un premier temps sont de prévoir un capital au cas où l’enfant atteindrait un certain âge en vue d’accompagner le financement de son éducation. L’assurance ne fait donc pas une spécification d’évènement mais l’objet est d’aider la personne à se relever quand il y a un problème. Et ce problème, explique Jérémie Bado, peut toutefois tendre à être malheureux comme les incendies, les accidents, le décès, la retraite….

« L’assurance va donc dans le sens d’accompagner la personne parce que tant que les évènements sont favorables, cela ne dérange pas mais lorsqu’il y a une situation qui ralentie les ambitions ou les projets, ou qui touche au patrimoine, à l’intégrité physique, il faut vite remonter la pente », détaille-t-il.

L’assurance, ce n’est pas pour une catégorie de personnes

Jérémie Bado déplore le manque de communication et de sensibilisation sur les produits d’assurance dédiés à tous. « On a par exemple des compagnies de micro assurance installées au Burkina et qui développement des produits spécifiques pour chaque secteur d’activité », dit-il. A l’en croire, l’assurance ne concerne pas qu’une catégorie de personnes, notamment les riches. Le coutier en assurance de recommander aux sociétés d’assurance de communiquer, de faire des campagnes de sensibilisation, de s’approcher des populations. « Les gens prennent l’assurance automobile qui est obligatoire parce qu’il y a des contrôles. On devrait faire la même chose sur les motos aussi. Il y a véritablement un travail à faire », soutient-il.

Société de courtage en assurance, qu’en est-il exactement ?

De façon générale, les produits d’assurance sont conçus par les compagnies d’assureurs. Et pour distribuer ces produits, ils ont un canal appelé réseau. Mais précise M. Bado, les compagnies d’assurance le font également elles-mêmes, en plus des sociétés de courtages qui ont un mandat de distribution pour le compte de la compagnie d’assurance. « On a également les courtiers qui sont les mandataires des clients, c’est-à-dire je suis client et j’ai besoin d’assurance, je ne sais pas d’abord quels sont les assurances que je peux trouver et ensuite la meilleure compagnie pour gérer mon risque. Donc vous allez contacter un courtier qui va mieux vous situer où à faire le bon choix », explique M. Bado.

Au Burkina, il y a 54 compagnies de courtage sur le marché et 11 compagnies d’assurances avec près de140 agences générales.

Mariam LINGANE/ MoussoNews

Loading

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *