Ouahigouya : des femmes tenaillées par la faim et la soif

Un mardi matin de tristesse à Ouahigouya avec la marche des femmes déplacés internes. ” Nous avons faim“, ” Nous avons soif” tels étaient le cri de détresse qu’elles chantonnaient. Le Burkina fait face au terrorisme depuis 2016. A la date du 31 janvier, le pays comptais plus de 200 000 nouveaux déplacés internes. 

Ouahigouya : des femmes tenaillées par la faim et la soif 2

Loading

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *