Safia Joëlla Zango: Il faut avoir « un regard positif sur les hôtesses de cérémonie »

Safia Joella Zango est une jeune femme dynamique. Du journalisme à la communication, elle a finalement opté pour l’entreprenariat. Depuis janvier 2019, elle gère son agence d’hôtesse –  Rose de TrésorIs-  avec plein d’optimisme.  

Du journalisme à la communication puis à l’agence d’hôtesse, quelle ont été les motivations ?

Mon histoire de journaliste est très simple. Pendant les vacances de mes études universitaires, j’ai fait trois (3) mois de stage au Editions SIDWAYA que j’ai par la suite renouvelé.  A mon année de licence, j’ai réussi à un texte de recrutement lancé par le RIJ, un réseau d’Initiatives des journalistes, pour un poste d’assistante administrative financé par la Coopération Allemande GIZ. Ce fut une occasion pour moi de côtoyer les journalistes de tous bords (Radio, Télé, presse écrite et en ligne). J’appréciais tellement la pratique journalistique que j’ai fais une demande adressée au directeur des Editions Sidwaya pour être officiellement journaliste collaboratrice.  Ce statut me permettait de faire mes reportages parallèlement à mon travail. A la fin de mon contrat avec le RIJ, il fallait se trouver un autre boulot. C’est ainsi que dans mes recherches, j’ai eu l’information de recrutement d’hôtesses pour le bureau Information de l’Aéroport. J’ai postulé et j’ai été retenue. Là encore, c’est toujours la communication (les annonces sonores au micro, l’information). C’est un travail passionnant, mais le hic, il est très stressant et moins rassurant, car du jour au lendemain, on peut te dire au revoir (c’est le placement par intérim et à chaque fin de contrat, il fallait croiser les doigts et chauffé les genoux par la prière pour que ton patron soit reconduit, et même si ton patron est retenu, il fallait encore multiplier les prières pour que lui aussi à son tour, il te retienne).  C’est en ce moment que j’ai commencé à me questionner sur mon avenir professionnel. J’étais partagée entre reprendre mes études et entreprendre et c’est le second qui a pris le dessus.

 Alors, au dernier trimestre de l’année 2018, j’ai entamé les démarches pour obtention du registre de commerce. J’ai pris la ferme décision d’être stable professionnellement, arrêter les petits travaux contractuels et me spécialiser dans un domaine fixe. Alors, l’agence existe depuis le 4 Janvier 2019 et Dieu aidant, j’ai fais la cérémonie de lancement officiel des activités le 10 Février 2019. Ma motivation principale, c’est parvenir à avoir une stabilité professionnelle.  Vous n’imaginez pas le calvaire à vivre lorsqu’on vous tend une lettre pour vous informer que tel contrat fini à telle date, ou que tel contrat est rompu pour telle ou telle raison.

Comment vont les débuts ?

Tout nouveau tout beau, oui. Mais aussi, tous les débuts sont durs. D’abord, le COURAGE d’oser. Ensuite les moyens multiformes pour DECOLER et enfin la force nécessaire pour TENIR bon dans ce que tu as entrepris. Les défis sont énormes et seul le travail aidera à surmonter les points sombres de ces débuts.

Le secteur connait un certain dynamisme car on constate de plus en plus la mise en place d’agence, on peut dire que ça marche bien alors ?

Ouiiiiii, sa marche bien (rire).

Quelles sont les difficultés dans le secteur d’agence d’hôtesse ?

Mon bébé vient de naitre et ma difficulté principale c’est de lui trouver du lait (c’est-à-dire les marchés). Il me faut encore plus de temps sur le terrain pour vivre réellement les difficultés et en ce moment j’aurai assez de matières pour argumenter les réponses à cette question.

Certaines taxent les responsables d’agence d’hôtesse de proxénètes. Est-ce que cela vous ai déjà arrivé ? 

Peut-être que c’est en téléchargement, sinon, pour le moment, cela ne m’est pas encore arrivé. Vous savez, même le Docteur qui travaille à sauver des vies, il existe des gens qui tiennent des propos déstabilisants à leurs égards. Je dirai que chacun est libre de donner son avis, quit à nous maintenant de leur prouver le contraire. Le proxénète, c’est une personne qui se livre à un délit consistant à tirer profits de la prostitution d’une personne. Et un responsable d’agence est  un prestataire de services qui propose des hôtes et des hôtesses pour assurer l’accueil lors d’un evènement. Alors, à mon humble avis, je pense que ceux qui nous taxent de cela n’ont pas raison, mais je dirai plutôt qu’ils ont leur raison.

Est-ce vrai que des filles s’intéressent au domaine pour justement profiter faire de rencontre de sexe ?

A cette question, je réponds sans détour NON. Moi j’ai plusieurs fois été hôtesse pour des cérémonies prestigieuses et j’ai plutôt profité faire des rencontres d’ENRICHISSEMENT de mon carnet d’adresse et non de sexe. Je m’intéressais à ce domaine d’abord par amour pour le travail d’accueil et l’ambiance festive qui y réside, et aussi afin d’avoir des petits sous ponctuels pour subvenir à certains de mes besoins.

Par exemple, lors d’une prestation, si je reçois cinq (5) cartes de visites, d’ici  la fin de la semaine, toutes les adresses inutiles iront à la poubelle (je veux parler justement des personnes qui allient Hôtesses à sexe) et je garde précieusement le contact qui pourrait bien m’aider demain.

Pour le profane, en quoi consiste le travail d’agence d’hôtesse ?

Le travail d’agence d’hôtesse consiste à proposer des personnes pour assurer l’accueil événementiel (foires, salons, concert, congres) , en entreprise (accueillir les visiteurs, répondre au téléphone, seconder un secrétaire  et aussi l’animation commerciale(promotion de vente).

Un message

J’exhorte les gens à avoir un regard positif sur les hôtesses car elles font un travail magnifique. On dit que le 1er contact est très important et celle qui accueille doit être valorisée afin qu’elle puisse à son tour donner du sourire et être à l’aise dans l’exercice de sa fonction. Et à mes chères sœurs également, soyez respectueuses et respectables afin de forger l’admiration. En cela, vous prouverez le contraire de ce qui se dit autour de ce métier.

Je remercie de tout cœur toutes les personnes qui m’ont soutenue d’une manière ou d’une autre afin que ce projet voye le jour. Merci aussi à vous pour l’intérêt et la considération accordés à ma petite boite. Soyez tous bénis.

Interview réalisée par Bassératou KINDO

Laisser un commentaire