Apparatchik : un contrôleur de douane qui fait du rap sa passion

Abdoul Halim Ouédraogo alias Apparatchik, artiste musicien burkinabè évoluant dans le hip-hop vient de mettre sur le marché de disques ce lundi 24 février 2020 son nouvel album de 10 titres intitulé TOT.

 

Tôt ou tard en abrégé TOT, est une façon de faire comprendre à ses amis et frères que malgré son admission au concours de douane, la musique demeure et demeura toujours une passion en lui.

« Tôt ou tard je reviendrai à la charge et leur présenter quelque chose qui va leur surprendre », explique l’artiste. Dans cet album, l’artiste aborde des thèmes tels que l’amour. Amour, qui selon lui est le socle de la paix, du vivre ensemble et de la cohésion sociale. « Pour moi, s’il n’y a pas d’amour au sein d’une société, il est difficile d’observer une cohésion sociale ou de parler de paix » affirme t’il.

Il dépeint également les faits sociaux comme l’hypocrisie, la prétention et appelle l’humilité car demain est pour le présent, une écriture illisible. Le contexte sécuritaire n’est pas en marge de ses inspirations. Apparatchik a aussi inviter la population à avoir une franche collaboration avec les Forces de défenses et de sécurités. A l’entendre c’est dans le années 2000 qu’il fut piqué par le virus de la musique en étant mélomane et un fan des artistes tels que Basic Soul, Smockey, Yeleen et la Censure.

En 2003, il formera un groupe de Rap dénommé 2P (presta positif) à travers lequel il démontra son talent à l’occasion de plusieurs compétitions de rap portant sur divers fléaux tels que l’excision, les MST et le SIDA.

Technicien en marketing, gestion commerciale de formation et contrôleur des douanes de fonction, Apparatchik se dresse comme un levain des consciences et entend marquer indélébilement son époque en étant le porteur des voix des silences mais aussi un soleil aux meilleurs moments de l’existence.

A en croire l’artiste, la musique n’enfreigne pas son métier de contrôleur. Il met toujours en avant son rôle de fonctionnaire publique et à ses temps libres, il se consacre à sa musique.

Cheick Abass KOALA/Stagiaire

Laisser un commentaire