Bobo-Dioulasso : Une bachelière à deux doigts de devenir une troisième épouse malgré elle

Maimouna (un nom d’emprunt) a veillé toute la nuit du 24 décembre passé. Contrairement aux fidèles chrétiens qui attendaient la venue du « Petit  Jésus », cette nouvelle bachelière qui rêve d’entamer des études universitaires a été prise au dépourvu par son père.

« Voici votre future épouse », annonçait-il ainsi à un monsieur que la victime découvrait pour la première fois. Loin de bouder cette proposition à lui faite tel un cadeau, ce dernier affiche aussitôt un large sourire en guise d’enchantement. Cet instant d’à peine 5 minutes suivi de la remise d’une enveloppe d’argent à la famille été suffisant pour bafouer les droits de Maimouna.

« Le mariage sera célébré très bientôt », a promis son père.  La jeune fille de 19 ans  ignore tout de cet inconnu. De  son âge à sa personnalité en passant par son boulot :  « Je ne sais rien de lui, même pas son prénom. On m’a seulement dit qu’il est déjà marié à deux autres femmes avec qui il a des enfants plus âgés que moi. Parait-il qu’il excelle dans le commerce mais je ne sais pas ce qu’il vend ».

Rejoindre un foyer malgré soi ou briser celui de sa mère ?

La tristesse  qui a envahi Maimouna depuis la fameuse nuit n’est pas passée inaperçue. Et le chef de famille,  pour la dissuader d’une éventuelle opposition, a tout de suite  mis dans la balance la tête de la mère de la jeune fille. « Si tu n’acceptes pas ce mariage, c’est ta mère qui paiera le prix. L’école n’a pas d’importance pour une fille. Sa place se trouve dans le foyer », conclut-il.

Face à ces menaces, la jeune fille toute désemparée ne sait plus à quel saint se vouer : «Je ne veux pas de cette union. Cependant,  je ne pourrai pas non plus vivre avec la culpabilité de l’enfant qui a causé le malheur de sa mère ».

La semaine passée, la Direction provinciale des services de l’action sociale déplorait 16 cas de rapts de jeunes filles à Koloko, ville située également dans la partie ouest du Burkina Faso.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso   

Laisser un commentaire