Burkina : Des femmes de l’opposition s’offusquent contre le pouvoir

Les femmes de l’opposition politique au Burkina Faso ont animé, ce jeudi 20 septembre 2018 au siège du CFOP (Chef de file de l’opposition politique), une conférence de presse pour se prononcer sur les conditions de vie de la femme burkinabè et la situation nationale.

Les femmes des partis politiques de l’opposition burkinabè étaient face aux journalistes ce jeudi 20 Septembre 2018 au siège du Chef de file de l’Opposition Politique (CFOP). Elles ont dépeint les conditions de vie de la femme burkinabè et la situation politique nationale.

Abordant le premier point, les conférencières avec à leur tête Jacqueline Konaté ont  fait constater avec amertume que les conditions de vie de la femme et de l’enfant  se dégradent de jour en jour au Burkina Faso. Pour elles, le Président Roch Marc Christian Kaboré n’a pas tenu sa promesse électorale qui est d’améliorer les conditions sanitaires des couches vulnérables.

Le MPP et démission social

Le  pouvoir de MPP n’accorde aucun  intérêt au social. La gratuité de soins des enfants de 0 à 5 ans et les femmes enceintes tant promise n’est pas effective. Les enfants continuent de mourir par manque de soins. Les femmes quant à elles meurent chaque jour de cancer et d’autres maux, sont-elles convaincues.

Les  femmes de l’opposition estiment que la femme burkinabè vie un calvaire pour l’accès à l’eau potable. « Elles continuent de parcourir plusieurs kilomètres à la recherche de l’or bleu », ont-elles affirmé.

Concernant  les velléités de légalisation de l’avortement, « elles rejettent toute tentative de légaliser l’avortement au Burkina Faso ». Enfin, les opposantes ont « réitéré  le soutien des femmes de l’opposition à Madame Rainatou OUEDRAOGO, Maire de l’arrondissement N°3 de Ouagadougou, victime d’une attaque politique orchestrée par le parti au Pouvoir ».

Abordant le deuxième point sur la situation politique nationale, les femmes de l’opposition estiment que  « le Président Kaboré et son  gouvernement semblent avoir  trouvé  goût pour les voyages  et les lustres de l’extérieur où ils s’y plaisent avec l’argent du contribuable  alors que sa maison du Burkina Faso demeure dans une insécurité grandissante, une économie en panne, un chômage rétroactif des jeunes, une misère des femmes, le retour à grandes enjambées de la corruption, la politisation de l’administration».

Marche-meeting du 29 septembre

Les femmes de l’opposition, tout comme le CFOP, ont appelé à travers cette conférence de presse les femmes soucieuses de la nation à sortir massivement pour la marche-meeting des forces vives de la nation le 29 septembre 2018. Pour elles, cette marche a pour but de protester contre la gouvernance chaotique du régime MPP.

Sié Sébastien POUDA

Mousso News

Laisser un commentaire