Burkina : Esther Barro, la polyvante au coeur généreux

Etudiante en master 1 droit public, à l’université Aube-Nouvelle, Esther Barro est la fondatrice du réseau des filles de leaders de Bobo-Dioulasso. Elle milite également dans d’autres associations. Elle s’est donnée pour mission de rendre les enfants heureux et de valoriser la femme. Portrait !

Fondatrice du réseau des filles leaders de Bobo-Dioulasso et du mouvement jeunesse et culture du Faso, Esther Barro, est une étudiante en Master 1 droit public à l’université Aube-Nouvelle. Elle décide de militer dans les associations afin d’apporter sa contribution au développement.

Esther Barro a fondé ce réseau pour donner la possibilité aux filles de diriger et de prendre des responsabilités. Artiste slameuse, elle est ambassadrice de l’orphelinat « Espoir pour demain », qui s’occupe des orphelins vivants avec le VIH/SIDA. Pour sa contribution à l’épanouissement des enfants, elle prend en charge la scolarité de cinq orphelines. Esther est la promotrice de Mini-Miss Burkina, du camp vacances métier loisirs et la coordinatrice régionale des jeux concours interscolaires « Les cracks de la nation ». L’étudiante est également membre du collectif jeunesse et leadership, de l’association humanitaire et solidaire pour les orphelins, et de la jeune chambre internationale universitaire de Bobo-Dioulasso où elle fut vice-présidente communautaire 2018. En plus des études, elle est coiffeuse professionnelle et formatrice en art et métier.

Après l’obtention du BAC, cette jeune fille cherche à s’occuper, malgré quel doit continuer des études universitaires. Elle décide alors de créer l’association mouvement jeunesse et culture du faso. C’est également par amour pour la culture.

Son parcours associatif est marqué de distinctions. Elle a remporté un prix, lors de la rencontre inter-organisationnel des pays de l’Afrique de l’Ouest au Niger. Le 3 octobre 2015 et en 2016, respectivement, elle fut jeune fille leader et remporte le trophée national de l’ONG Suisse lors du concours de slam.

Elle envisage créer un service pour l’épanouissement des enfants. La jeune fille est soutenue par des parents, des personnes de bonne volontés et les membres de son association dans ces actions.

Elle interpelle les jeunes filles à s’affirmer et à être des actrices actives. Elle attire l’attention de la population sur les enfants orphelins et surtout ceux vivants avec le VIH.

Diro Benoit Wilfried TOE

(Stagiaire)

Laisser un commentaire