CAN2023 : le regard d’Angeline Savadogo sur les enjeux économiques, sociopolitiques et géopolitiques

Angeline Savadogo, diplomate de formation et data analyste a porté un regard sur les enjeux économiques, sociopolitique et géopolitique de la Coupe d’Afrique des nations (CAF) 2023 qui a lieu en Côte d’Ivoire. Au-delà du gazon, dit-elle, c’est un rendez-vous africain facteur d’unité et de création de richesses.

CAN2023 : le regard d’Angeline Savadogo sur les enjeux économiques, sociopolitiques et géopolitiques 2
Angeline Savadogo lors d’une émission à MoussoNews

Son analyse

La Coupe d’Afrique des Nations (CAN), compétition majeure rassemblant les équipes nationales africaines, va au-delà de la quête de la victoire sur le gazon. Elle offre non seulement l’honneur de remporter le titre, mais également la possibilité de se qualifier pour d’autres compétitions internationales.

Au fil des années, la CAN a connu des évolutions notables en termes de format, de nombre de participants et d’implications, formant ainsi un paysage dynamique aux enjeux divers.

– Une Opportunité Géopolitique

En organisant la CAN, la Côte d’Ivoire se dote d’une opportunité singulière de renforcer son soft power. Le soft power représente la capacité d’un pays à influencer et à attirer les autres nations par des moyens non coercitifs tels que la culture et, dans ce contexte, le sport. En démontrant son expertise dans l’organisation de la CAN, la Côte d’Ivoire projette une image de compétence et d’efficacité, renforçant ainsi sa crédibilité sur la scène internationale.

Lire aussi : Burkina Faso : ces femmes à suivre en 2023 – Mousso News

Ce rayonnement positif contribue à forger des alliances et à susciter l’intérêt d’autres pays, favorisant ainsi les relations diplomatiques, à l’instar de l’Afrique du Sud après la Coupe du Monde en 2010. Des installations modernes et bien organisées véhiculent l’image d’un pays dynamique et tourné vers l’avenir, ce qui peut influencer favorablement la perception des investisseurs étrangers et des partenaires commerciaux potentiels. A cela s’ajoute la diplomatie sportive qui occupe une place prépondérante, renforçant les liens bilatéraux.

– Enjeux socio-politiques

La célébration du sport à travers la CAN devient un puissant moyen de renforcer l’unité nationale. En encourageant la participation et le soutien de la population, le gouvernement ivoirien crée un sentiment de fierté nationale qui transcende les clivages politiques et ethniques. De plus, la CAN permet aux nations africaines d’exprimer leur identité, leur culture et leur fierté nationale, reflétant les réalités politiques, économiques et sociales. Sans compter sur le pouvoir unificateur du sport, qui met en évidence le pouvoir unificateur du football, et agit comme un catalyseur pour l’unité et l’apaisement des conflits, comme illustré par la participation de la Côte d’Ivoire à la Coupe du Monde en 2006.

– Implications Économiques

Les investissements massifs dans les infrastructures sportives, les transports et l’hébergement nécessaires à l’organisation de la CAN ont des implications économiques durables. En améliorant ces aspects, la Côte d’Ivoire pourrait stimuler son secteur économique, suivant l’exemple de l’Afrique du Sud qui a connu un développement significatif après avoir accueilli la Coupe du Monde en 2010.

En effet, le programme “Sublime Côte d’Ivoire,” d’une valeur de 3200 milliards de francs CFA, vise à propulser le pays parmi les cinq principales destinations africaines. Ces investissements témoignent de l’engagement de l’État à utiliser la CAN comme levier de croissance.

En somme, la tenue de la CAN va au-delà du terrain de jeu, englobant des dimensions géopolitiques, socio-politiques, et économiques. Elle permet aux nations africaines d’exploiter ces événements sportifs majeurs comme des leviers puissants pour le développement global.

Loading

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *