Cinéma : « La République des corrompus » ou la bravoure de la femme journaliste

« La République des corrompus ». Un chef d’œuvre d’Innocent Zampligré de l’équipe de Semfilms dirigée par Gidéon Vink qui magnifie le journalisme d’investigation dans son ensemble, mais mieux, la bravoure des femmes qui l’exercent.

D’une durée  de 1h30, le film entièrement réalisé et produit au Burkina replonge le cinéphile dans une réalité de la gestion de la chose publique, mais aussi des contraintes liées au métier de l’inormation. Entre mysticisme, boulimie du pouvoir et révélation de l’injustice, la République des corrompus dépeint une triste évidence de la vie de certains hommes politiques.

Corruption, achat de conscience, viol, adultère… telles sont des thématiques traitées dans cette fiction  projetée en première du 3 au 16 septembre 2018 au ciné Burkina

. Des rôles savamment incarnés par des acteurs de renoms’  comme Kadi Traoré, Hyppolite Ouangrawa, Serge Henri, Leila Tall, Issiaka… reflètent le quotidien de certains pays  africains dirigés par des politiques avides du pouvoir.

Un homme – député à l’Assemblée nationale- use de tous les moyens pour préserver son fauteuil.

De braves journalistes- des femmes surtout- veulent faire éclater  la lumière malgré les menaces de mort.  Yasmina, du nom de la jeune journaliste très engagée,  subira toutes sortes d’intimidation.

« J’irai jusqu’au bout quitte à laisser ma peau’’,  dit-elle avec détermination pour son enquête sur un viol qu’a commis l’homme politique. A travers ces séquences sur le journalisme, le réalisateur a voulu faire un clin d’œil au journaliste émérite Norbert Zongo.

Mousso News

Laisser un commentaire