« Mon chiffre d’affaire a baissé considérablement avec le COVID-19 » Yacine Kindo/Zetiyenga, responsable de l’agence FASO-EVENTS

Les agences d’évènementiels sont aussi affectées par les mesures restrictives dans le cadre de la lutte contre le coronavirus au Burkina. L’agence Faso-Event spécialisée dans l’organisation d’évènement  fonctionne au ralenti depuis l’application desdites mesures. 

Mousso-News (MN) : Qui est Mme Yacine Kindo/ Zetiyenga ?

Yacine Kindo/ Zetiyenga (YK.Z) : je suis Yacine Kindo/ Zetiyenga , la responsable de l’agence FASO-EVENTS. J’ai 31 ans, je suis mariée et mère de deux enfants. Je suis titulaire d’un Master 2 en communication d’entreprise depuis 2012. J’évolue plus dans le domaine de l’événementiel.

FASO-EVENTS est une agence d‘hôtes et d‘hôtesses d’accueil au Burkina Faso et dans la sous-région spécialisée dans les prestations d’hôtesses standardistes en entreprise ainsi qu’en événementiel. Notre objectif premier, est de vous alléger de toute la gestion du service accueil en terme d’administration et d‘organisation tout en vous conseillant et en vous établissant un planning détaillé.

MN : Quelle est la  »santé  » de votre agence depuis avec les mesures prises contre le COVID-19? 

YK.Z : Le domaine de l’événementiel étant l’un des domaines les plus touchés notre domaine d’office prend un coup. Nous n’arrivons malheureusement plus à mener les activités avec ses différentes mesures de confinement car tout est en stand-by et tous les événements où nous devions intervenir ont été annulés. Par exemple au mois de mars, nous avions 05 événements de prévu qui ont été annulés. 

MN : Avez-vous completement fermé l’agence ou proposez-vous vos services autrement? 

YZ.K : L’activité principale qu’est l’accueil évènementiel par nos hôtes et hôtesses a pris un sacré coup. Le chiffre d’affaire (CA) a baissé considérablement. Chaque mois, nous avions entre 04 à 08 événements gérés par notre agence et maintenant plus rien. Nous avons été contactés par des clients dernièrement pour des réunions et rencontres mais nous avons préféré décliner l’offre pour cause de fermeture de notre Agence. Mais nous trouvons ces mesures sont normales car c’est quand vous êtes en parfaite santé que vous pouvez travailler et aussi je préfère cela pour protéger mes équipes et aussi protéger les autres.

MN : Comment arrivez-vous à faire aux faces aux difficultés engendrées par ces mesures? 

YK.Z : Comme difficulté, c’est le fait de ne plus pouvoir et payer les étudiants et étudiantes que nous employons à temps partiel. C’est vraiment dommage. Par ailleurs, nos charges fixes demeurent et il faut pouvoir les gérer. C’est très difficile en ces moments. Ce n’est la faute à personne. Nous voulons venir en aide à cette jeunesse estudiantine à travers des petits contrats.

Nous espérons vivement qu’un traitement soit trouvé pour en finir définitivement avec cette pandémie. Merci aussi au gouvernement pour les mesures d’allègement prises à l’endroit des PME comme la nôtre. Meilleure santé à tous les malades et que Dieu nous sauve!

 Diro Benoit Wilfried TOE

Laisser un commentaire