Paule Renée Etogo : « La voix féminine va résonner » au RAF 2018

C’est une dame qui est dans le cockpit du Rebranding Africa Forum. Elle se nomme Paule Renée Etogo. Avec Mousso News, elle parle de son travail, comme elle y allie le foyer, en terminant par une petite astuce de femme !

Mousso News (M.N): Nous constatons que l’équipe qui pilote le RAF est majoritairement féminine. Ce n’est pas habituel. Expliquez-nous comment cela a pu arriver.

Paule Renée Etogo (Mme Etogo) :  Il n’y a pas d’explication particulière à ce constat. Nous ne nous sommes pas assis pour dire qu’il nous faut forcément une équipe féminisée. Notre équipe est constituée majoritairement de Burkinabè puisque cette édition se tient au Burkina Faso. C’est d’abord sur la base de compétences et d’expériences professionnelles que le choix s’est fait. C’est le critère important qui a pris le dessus. Je voudrais relever qu’il y aussi des hommes dans l’équipe.

Mousso News : En tant que femme, ne rencontrez-vous pas des difficultés liées à votre genre dans l’exercice de cette tâche ?

Mme Etogo : Bon ! C’est vrai qu’à certains niveaux de responsabilités, la féminité peut peser négativement dans la balance, surtout avec une vie de famille. Mais j’avoue que le genre n’est pas un obstacle pour moi dans l’atteinte de nos objectifs.

Mousso News: Le RAF 2018 parle des opportunités de l’économie verte pour l’Afrique. Quel dividende, selon vous, la femme africaine peut-elle en tirer ?

Mme Etogo : Vous savez que les énergies et la créativité féminines participent beaucoup au développement de l’Afrique. Du reste, plus de 50% de la population africaine est composée de femmes. Oublier leur rôle dans le processus de développement, c’est neutraliser des potentialités importantes. De ce fait, nous prenons en compte le genre dans ce thème sur l’économie verte et justement des femmes leaders viendront nous en parler.

Vous pouvez lire aussi

Rebranding Africa Forum : Trois braves femmes pour animer des panels de haut niveau

 

Mousso News: Y a-t-il beaucoup de femmes qui parleront pendant ce RAF 2018 ?

Mme Etogo : Oui évidemment, la voix féminine va resonner et sera entendue à ce Forum de Ouagadougou. Au niveau des panels, des Africaines qui font bouger le continent viendront nous parler des choses intéressantes. Je peux citer entres autres :

  • Mme Rosine Sori Coulibaly, Ministre de l’Economie et des Finances, Burkina Faso
  • Mme Metsi Makhetha, Représentante Résidente des Nations unies au Burkina Faso
  • Mme Aissata Diakité, CEO de l’entreprise Zabbaan Holding (Mali)

Mousso News : Déléguée générale du RAF, qui se prépare pendant une année, n’avez-vous pas des difficultés pour allier une vie amoureuse ?

Mme Etogo : Non pas du tout ! J’ai une vie familiale et sentimentale épanouie. Je suis dans l’équilibre des choses. Je travaille quand il le faut et je m’occupe de ma petite famille quand il le faut aussi.

M.N : Est-ce qu’il faut être une dame de fer pour faire ce que vous faites ?

Mme Etogo : Je ne sais pas qu’est-ce que vous sous-entendez par « dame de fer ». Mais pour tout professionnalisme, il faut de la fermeté et de la souplesse en même temps. La rigueur est la clef du succès mais pas cette rigueur qui coupe l’inventivité et stérilise l’action.

Mousso News : On va terminer cette interview par une astuce de femme. N’importe laquelle. Nos lectrices vous lisent. Partagez avec elles un de vos petits secrets de femme !

Mme Etogo : Dans le monde du travail et dans le management qui est parfois très masculin, j’ai appris avec le temps qu’une femme bien maquillée et élégante est souvent l’excuse pour distraire l’attention de ses interlocuteurs. Alors je reste féminine certes mais pas leur en mettre plein  la vue car je préfère que l’on me regarde quand je parle au lieu de se concentrer sur mon décolleté (rires).

Mousso News


Laisser un commentaire