Zalissa Ouédraogo, promotrice de Maria Trans : « Nous avons plusieurs produits locaux non transformés »

Etudiante en biologie, Zalissa Ouédraogo, est la fondatrice de Maria Trans, entreprise de transformation dans le domaine de l’agro-alimentaire. L’entrepreneure est partie d’un constat du non utilisation de certains produits locaux.

Entreprise de transformation dans le domaine de l’agro-alimentaire, Maria Trans est pilotée par Zalissa Ouédraogo. Elle est étudiante en 3ème année de biologie option agro-alimentaire à l’université Nazi Boni. Son entreprise a une année d’existence. Zalissa croit à l’importance de la filière agro-alimentaire au Burkina Faso. Pour cette raison, elle veut valoriser les produits locaux et inciter les gens à consommer le naturel. Selon elle, les burkinabè n’accordent pas de l’importance aux productions locales. « Les produits des autres pays sont plus consommés que nos produits locaux » dit-elle.

Zalissa est captivée par tout ce qui est fruits et légumes. L’importance qu’elle accorde aux fruits l’ont conduit à s’intéresser à la transformation depuis son plus jeune âge. Elle décide alors de mettre en place une entreprise qui fera la transformation et la valorisation des produits locaux. En plus de cette raison de la création de Maria Trans, une autre s’ajoute. Il s’agit de la mauvaise conservation de certains produits locaux. Zalissa Ouédraogo fait savoir que pendant la saison de certains fruits, ils se trouvent pourris dû à une mauvaise conservation, sur le marché de la ville de Bobo-Dioulasso.

Maria Trans fait la transformation de fruits et légumes en confitures, nectars, sirops et purées. Les produits transformés sont spécialement la papaye et la pastèque. Les produits de Maria Trans sont naturels sans conservateurs chimiques. Elle se fait aider par trois femmes lors des différentes productions.

Zalissa Ouédraogo a des projets. Elle envisage ouvrir un bar spécialement pour les jus, dans deux ans. Elle envisage faire connaitre l’entreprise dans le monde dans quatre ans. Elle a l’ambition d’avoir une unité de production.

Dans l’atteinte de ces objectifs, Maria Trans a pu bénéficier de certains projets qui l’accompagnent. Il s’agit de Profejec (Projet Femmes Jeunes Citoyennes) et la fondation l’Occitane etc… Ces structures l’accompagnent sur le plan technique et financier. Elle lance un appel aux jeunes en leur demandant d’entreprendre car le salaire du travail ne suffit pas.

L’entreprise de transformation fait face à un problème de manque de matériels. « Je loue les matériels pour la transformation » a-t-elle signifié. Elle utilise une unité mobile au sein du lycée professionnel de Bobo-Dioulasso.

Diro Benoit Wilfried TOE

(Stagiaire)

Une pensée sur “Zalissa Ouédraogo, promotrice de Maria Trans : « Nous avons plusieurs produits locaux non transformés »

Laisser un commentaire