Elèves et en grossesse : Ces moments parfois sombres

Plusieurs filles tombent enceinte en pleine année scolaire. Méprisées par la société comme étant des personnes à part, ces filles font face à d’énormes difficultés. Rencontre !

« Un soir tout à basculer dans ma vie, quand j’ai su que j’étais enceinte pendant les vacances » a confié la jeune fille, qui pour certains raisons personnelles garde l’anonymat. Communément appelées «fille-mère», ces filles sont des mères célibataires qui n’ont pas eu et n’ont pas de marie. A l’âge de dix-sept ans, la jeune fille tombe enceinte d’un étudiant, qui n’avait pas les moyens pour assurer certaines charges de la grossesse. Un manque de moyens qui conduit la jeune fille à fuir la famille, pour se retrancher sous un autre abri. « Pendant des moments, je pensais que c’était un rêve qui allait prendre fin, mais jamais cela a vu le jour » a fait savoir la jeune fille. D’un commun accord avec son conjoint, ils ont décidé de garder leur enfant. Un choix bien que n’ayant pas été apprécié par les parents ont tout de même décidé de les venir en aide un tant soit peu.

A la reprise des cours, les jours passèrent et la jeune fille se rappelait qu’elle était différente des autres filles de sa classe. En plus de cela, elle a pensé qu’elle fera objet de moquerie par des camarades, pendant l’année scolaire. « Lorsque la grossesse est apparue, les critiques et les préjugés ont fait long feu » dit-elle. Elle a fait savoir que dans les différents endroits où elle mettait les pieds, on l’a dévisageait. Mais la jeune fille a pu bénéficier également des soutiens des enseignants de son établissement. Son accouchement s’est déroulé dans de bonnes conditions.

 

Diro Benoit Wilfried TOE

(Stagiaire)

Laisser un commentaire