Femme, on te harcèle ? Crie de toutes tes forces !

De nombreuses femmes subissent en silence les attouchements et les bassesses de leurs patrons ou de leurs collègues. Mais il est temps d’en finir !

Je sais ! C’est difficile. Lorsqu’il te touche, tu as envie de lui faire mal. Son seul regard (car il y a des regards qui révulsent l’estomac) suffit à vouloir l’étrangler. Lorsqu’il te dit ces mots qui tombent comme des poubelles à ordure dans tes oreilles, tu as envie de t’enfuir. Lorsqu’il te fait ces propositions indécentes, tu lui souhaites le pire.

Mais tu te tais. Pourquoi ? Parce que tu as peur de perdre ton boulot. Tu crains de perdre cette source de revenu qui te met à l’abri et te permet d’avoir une certaine autonomie vis-à-vis de ton mari et de pouvoir l’épauler. Tu as peur de perdre cet élément que tu utilises pour aider tes parents, payer la scolarité de tes frères et sœurs. Peut-être que tu as peur aussi de le froisser. Cet instinct maternel qui pousse à penser au bien de son prochain tout en oubliant son propre bien-être…

Non !

Mais surtout, tu as peur du regard de la société. Car celle-ci est pernicieuse. Lorsque tu oseras rendre l’affaire publique, la voix de la société dira que tu l’as bien cherché. Parce que tu t’habilles mal. Parce que tu veux du travail. En fait, simplement parce que tu es née FEMME.

Ce n’est toutefois pas une raison de continuer à supporter ces humiliations, ces chantages au quotidien ! Non ! Il faut que ça cesse !

Désormais, s’il te touche, crie fort ! Autant que tes cordes vocales te le permettent. Ne te laisse plus faire. Avise l’inspection du travail. Attache-toi les services d’un avocat. Porte plainte. Fais-toi respecter.

Car oui, être une femme ne veut pas dire servir d’abris à tous ces Hommes incapables de contenir leur libido et qui oublient qu’ils sont nés de femme, qu’ils ont des femmes à la maison, qu’ils ont des sœurs et ont/auront des filles et des arrière-petites filles qui pourraient être aussi indûment tripotées dans un angle de bureau ou le lit sordide d’un hôtel.

La Consolatrice de chez Mousso News

Laisser un commentaire