« L’entrepreneuriat n’est pas un chemin des plus faciles dans un pays en crise sécuritaire … » Rachidhatou.C W-L Zoungrana

Rachidhatou.C W-L Zoungrana est une jeune entrepreneure en transformation agroalimentaire et promotrice des infusions Organics House. Engagée dans la valorisation des droits et de l’esprit de leadership entrepreneurial des jeunes filles, elle est partie prenant du projet CRIGED.  Gérante de la société ‘’Zulu-Oméga Distribution’’ spécialisée dans la distribution d’équipements et de technologies de sécurité, Rachidhatou est également membre fondatrice du réseau de promotion des droits des femmes et des filles au sein de l’administration dénommé REPROFAB.

« L’entrepreneuriat n’est pas un chemin des plus faciles dans un pays en crise sécuritaire … » Rachidhatou.C W-L Zoungrana 2
Rachidhatou.C W-L Zoungrana

A travers le Réseau des Filles Leaders dont Rachidhatou a été présidente en 2021, la jeune femme œuvre à mettre en lumière l’esprit du leadership entrepreneurial à ses semblables. Elle a plusieurs casquettes dans le domaine de l’entrepreneuriat dont la transformation agroalimentaire et la distribution d’équipements et de technologies de sécurité.

 Pour Rachidhatou C W-L Zoungrana, l’entrepreneuriat des jeunes au Burkina Faso est la clé non seulement pour l’autonomie mais également pour le développement économique du pays. « Je pense également que c’est un avis que partage beaucoup de jeunes aujourd’hui en témoigne le taux de croissance et d’activités créés et générées par les jeunes en général et en particulier par les jeunes filles. La potentialité existe bien au Burkina et la conscience commence à s’éveiller. Toutefois, il reste beaucoup à faire d’où le rôle de notre association à accompagner les jeunes filles à entreprendre » a-t-elle soutenu.

A entendre Rachidatou, l’entrepreneuriat n’est pas un chemin des plus faciles dans un pays en crise sécuritaire mais grâce à la politique nationale d’accompagnement des jeunes « qui devrait être revue avec plus d’accompagnement pour les jeunes filles », les jeunes pourront contribuer à l’essor économique du Burkina.

« L’entrepreneuriat n’est pas un chemin des plus faciles dans un pays en crise sécuritaire … » Rachidhatou.C W-L Zoungrana 3
Rachidhatou.C W-L Zoungrana

Lire aussi: Réseau des filles leaders : Du renfort pour la défense des droits de la femme – Mousso News

En plus de l’entrepreneuriat qui l’a passionne, Rachidhatou.C W-L Zoungrana est engagée depuis plus de 3 ans dans la promotion,la valorisation et  la défense des droits des jeunes filles et femmes. Engagée pour le bien-être social du genre féminin, Rachidhatou a participé à la mise en œuvre du projet « Synergie des femmes et filles leaders pour la promotion et la défense des droits des femmes » initié par CRIGED et financé par Affaires Mondiales Canada à travers Oxfam au Burkina .

De l’avis de la jeune entrepreneure, l’objectif global du projet Synergie des femmes est de contribuer à l’amélioration de la jouissance des droits humains pour les femmes et les filles, ainsi que le progrès de l’égalité entre les sexes au Burkina Faso. Spécifiquement, cette initiative vise à mettre en place un réseau actif de femmes et de filles capable de représenter, de défendre et de promouvoir les droits des femmes et des filles, de soutenir les candidatures des femmes et des filles leaders engagées pour accéder aux instances de gouvernance au niveau local, régional et national au niveau des postes nominatifs et électifs.

Pour renforcer et valoriser le leadership féminin, des actions de renforcement de capacité ont été réalisées notamment, le leadership féminin, les techniques de plaidoyer, les enjeux de l’engagement politique et citoyen, le marketing et de la communication politique, la loi portant quota genre au Burkina, les stratégies pour faire le marketing personnel et la communication à bon escient pour être une bonne femme et fille leader, le quota genre etc. « Le leadership des femmes et leur participation sur un pied d’égalité avec les hommes à la vie publique et à la prise de décisions relèvent des droits de l’homme et constituent les éléments essentiels de la démocratie et de la paix persistante, ainsi qu’une condition préalable du développement durable » comment-t-elle.

De plus, pour renforcer l’égalité des genres et le développement, le projet a mis l’accent sur des initiatives notamment sur deux rencontres d’échanges organisées en 2022 entre les femmes des partis politiques et celles des organisations socioprofessionnelles de femmes et filles dans les régions couvertes par le projet au Centre et au Plateau Central. Il s’agit notamment des formations organisées au profit des membres des délégations spéciales sur la budgétisation sensible au genre, des plaidoyers régionaux. Dans le même sens, un plaidoyer national a été mené auprès des leaders d’opinion pour la révision de la loi sur le quota genre au Burkina Faso.

« L’entrepreneuriat n’est pas un chemin des plus faciles dans un pays en crise sécuritaire … » Rachidhatou.C W-L Zoungrana 4
Rachidhatou.C W-L Zoungrana

Le REPROFAB, un réseau pour la promotion des droits des femmes et fille au sein de l’administration au Burkina

Pour la promotion des droits des femmes et fille au sein de l’administration au Burkina, le réseau REPROFAB a été créé et Rachidhatou C W-L Zoungrana est membre impliquée. Elle y a joué un rôle important en assurant la présidence.

A présent, Rachidhatou occupe au sein du REPROFAB le poste du Secrétaire Générale pour une période de 3 ans renouvelable une fois.

Le REPROFAB, étant une coalition constituée principalement des organisations socioprofessionnelles féminines compétentes et capables de représenter, promouvoir et défendre les droits des femmes, regroupe trente (30) organisations socioprofessionnelles de femmes. Pour ce réseau, il s’agit de faire émerger une nouvelle génération de femmes et filles militantes des droits féminins pour continuer les chantiers des devancières.

Cette action met surtout l’accent sur la représentativité des femmes au niveau des instances de décision politique et administrative tant au niveau décentralisé qu’au niveau central en vue de faciliter l’émergence et l’expression d’un leadership de qualité, compétent et citoyen.

Le renforcement des droits des femmes et filles au sein de l’administration Burkinabè à travers le REPROFAB a permis l’amélioration du niveau de connaissances des femmes et filles leaders sur les thématiques diverses.

A cet effet, elles sont désormais aptes à développant un agenda partagé sur les enjeux d’autonomisation des femmes et des jeunes filles et la défense de leurs droits à travers des actions de plaidoyer et de renforcement des capacités des femmes à la base.  Aussi, Le REPROFAB s’est doté des textes et d’un plan d’action quinquennal (2024-2029) pour assurer sa pérennité et sa reconnaissance officielle du  par les autorités est en cours (Demande de récépissé).

Bien que le REPROFAB, soit confronté à des défis liées à la mobilisation des ressources humaines, matérielles et financières pour assurer la pérennité de certaines activités, les membres de ce réseau ont la perspective de la mettre à l’échelle nationale.

Annick HIEN/MoussoNews

Loading

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *